Pétrole et Énergie en Côte d’Ivoire: Une révolution dans la formation des techniciens

Vues: 444
Lecture: 2 minutes

La toute première Ecole Supérieure du Pétrole et de l’Energie (ESPE) de Côte d’Ivoire recevra ses premiers étudiants à la rentrée académique 2020 en septembre-octobre prochain. Ce en partenariat avec l’Institut Français du Pétrole (IFP School). L’établissement sera logé au sein de l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro dans le centre ivoirien. Le projet a été adopté en conseil des ministres de l’Etat ivoirien, le mercredi 13 novembre 2019, à Abidjan-Plateau.

La particularité de l’ESPE c’est qu’elle donne la possibilité, entre autres, aux jeunes ivoiriens qui n’ont pas les moyens d’étudier à l’extérieur de pouvoir se former en Côte d’Ivoire. Mais la condition, il faut avoir le niveau ingénieur BAC+5 ou équivalent. Les jeunes ont donc la possibilité d’obtenir un double diplôme INPHB / IFP School, à savoir un de l’Institut Français du Pétrole et un autre de l’INPHB. Les étudiants seront formés en 14 mois ( soit 8 mois de cours et six mois de stage) en anglais à travers deux Mastères : l’un pour l’amont et l’autre pour l’aval.

Selon le ministère du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables l’objectif de l’ESPE est de favoriser un transfert de compétence en direction des enseignants-chercheurs de l’INP-HB, répondre aux besoins en ressources humaines des entreprises du secteur pétrolier et gazier et permettre à la Côte d’Ivoire de devenir un hub sous- régional dans le secteur des hydrocarbures. Pour le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, Abdourahmane Cissé, il s’agit de faire de la Côte d’Ivoire, le Hub d’Excellence de la sous-région en matière de formation dans le secteur des hydrocarbures, selon les aspirations du chef de l’Etat Alassane Ouattara et son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Abdourahmane Cissé, dès sa prise de fonction, en décembre 2018, n’avait pas caché sa volonté d’installer la première école de l’énergie et du pétrole. C’est à juste titre qu’il a multiplié des initiatives tant au plan national qu’extérieur. Ce avec  le directeur général de l’INPHB. Et cela, avec l’appui du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Albert Mabri Toikeusse.

                                                                                                                                                    Gomon Edmond

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart