DERNIÈRES INFOS
La manifestation des populations de Samo (Photo Aip)

Côte d’Ivoire/Penurie d’eau: Samo bloque la nationale 100 durant 4 heures

Vues: 90
Lecture: 2 minutes

Il n’y a pas d’eau a Samo à 9 km de Bonoua dans le Sud de la Côte d’Ivoire. C’est ce qui explique la descente samedi (hier) dans les rues, des jeunes ( femmes, hommes, adultes et enfants) de Samo.

Selon une dépêche de l’agence ivoirienne de presse ( AIP), ils ont bloqué “la circulation sur la nationale A 100, samedi de 7 heures à 11 heures, pour montrer leur mécontentement face à une pénurie d’eau potable dans leur localité”.

Une colère qui a  fait sortir M. Kra kouadio Maïzan, Sous-préfet de Bonoua, de sa torpeur. En effet, le sous-préfet s’est rendu sur place avec les élus que sont le maire, Jean-Paul Amethier et le député, Miessan Daniel, “pour faire baisser la tension et lever les barrages”. Ce qu’ils sont parvenus à faire.

Dans un communiqué, la Société de distribution d’eau en Côte d’Ivoire (SODECI) a expliqué que le manque d’eau constaté à Samo, était consécutif à des incidents techniques sur des installations lors de travaux en vue d’améliorer la desserte et la qualité d’eau fournie à la population.

Mais, plus réellement, l’AIP a rapporté que selon le responsable local de la SODECI, M. Jean-Claude Yapo, la pénurie est due  à “l’explosion démographique importante qu’a connue la localité”.

Un constat qu’avait déjà fait en avril 2009, M. Otron Jean-Baptiste, chef de village à l’époque dans le quotidien gouvernemental Fraternité Matin du 6 avril 2009.

Selon lui, il y a une régulière croissance démographique de ce village cosmopolite de plus de 10 000 habitants.  “Ses besoins en eau potable sont de plus en plus importants”, avait-il relevé. Les forages de l’époque ne suffisaient pas. Tout comme l’actuel Château d’eau.

“Le château d’eau du village n’ayant qu’une capacité de production de 17 m3/heure n’est pas en mesure de desservir tout le monde, car le besoin en eau potable est estimé 50 m3 /heure”, a reconnu M. Jean-Claude Yapo, le responsable local de la SODECI.

En outre, il a  pointé, toujours selon l’AIP, “les coupures régulières d’électricité qui perturbent le fonctionnement de l’usine de production et de traitement de l’eau destinée aux ménages”.

En attendant, des citernes d’eau de l’office national de l’eau potable (ONEP) vont distribuer l’eau et un groupe électrogène sera rapidement installé pour alimenter l’usine de traitement d’eau en cas de coupure d’électricité.

Coulibaly Zié Oumar 

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart