Le président du FPI entouré de ses hôtes

A deux mois de la présidentielle: des femmes Wê chez Affi

Vues: 218
Lecture: 2 minutes
A l’initiative de sa conseillère spéciale, Anie Rausch, le président du FPI a reçu une délégation de jeunes femmes Wê. Les visiteuses de Pascal Affi N’guessan sont originaires de la région du Guemon (Duékoue) exerçant dans divers domaines d’activités à Abidjan. Elles ne sont pas des militants affichées mais elles sont allées voir le président du FPI pour lui traduire leurs remerciements pour avoir nommé leur sœur Anie Rausch et mettre à profit la visite pour échanger avec lui afin de cerner sa vision. “Nous sommes venues vous rencontrer pour vous écouter pour comprendre certaines choses”, a fait savoir la délégation que conduisait Anie Rausch, conseillère spéciale du président du FPI chargée du réseautage et des relations internationales.
À deux mois du scrutin présidentiel, Pascal Affi N’guessan a salué cette démarche qui lui offre l’occasion de faire le tour des questions préoccupantes.
Concernant le rendez-vous d’octobre prochain, le président du FPI a dit être le candidat de sa famille politique. Il a expliqué que le président Laurent Gbagbo n’étant pas là, il était nécessaire pour lui que le parti présente un candidat. Tel est, selon lui, le sens de sa candidature pour laquelle il sollicite le soutien de tous les militants du FPI à qui il demande d’abandonner la posture de division.
La crise interne au parti a été passée au scanner et la délégation a voulu savoir sa position sur les mouvements de protestation contre le troisième mandat.
” J’ai déjà dit à des occasions que Ouattara conduit le pays dans une guerre civile. Mais nous estimons que nous devons battre Ouattara au vote”, a souligné l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo.
Il ne désapprouve pas les mouvements contre le troisième mandat mais il souhaite que l’opposition fasse son unité pour gagner en efficacité dans ses entreprises.
” Toute démarche est liée aux moyens d’atteindre l’objectif. Ouattara est affaibli, tout le monde l’a quitté. Il ne peut pas faire mieux qu’en 2010. Si le FPI est uni, Ouattara peut arriver en 4eme position derrière le FPI et le PDCI “.
La délégation a promis de revenir pour poursuivre les échanges.
Cette rencontre a été possible grâce à Anie Rausch qui réside en Suisse. Elle prend des contacts auprès de ses parents Wê dans le but d’établir un lien entre eux et le candidat du FPI.
Benjamin Koré
Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart