A deux mois de la tenue de la présidentielle: L’Union européenne se dit inquiète

Vues: 39
Lecture: 2 minutes

  « En ce qui concerne le processus de préparation du scrutin, on a des échanges naturellement avec la CEI. Il me semble que jusqu’ici, le chronogramme est respecté. Et donc sur un plan technique, il n’y a pas d’obstacle à ce que les élections se tiennent comme prévu. Comme tous les Ivoiriens,  comme tous observateurs, nous sommes inquiets de voir que cette précampagne électorale donne lieu à des violences ».  Ces propos ont été tenus, hier, par le chargé d’affaires de l’Union européenne, à la Délégation européenne d’Abidjan, Laurent d’Ersu, à la signature de la convention du projet d’appui aux élections (PACE), mis en place par le PNUD. Il répondait à une question de la presse. L’union européenne, à l’instar de la plupart autres observateurs, est donc préoccupée par l’évolution de la situation politique ces dernières semaines, marquée par des scènes de violences qui ont conduit à des pertes en vies humaines. Elle note avec satisfaction, une évolution positive des préparatifs au niveau technique. Ce sentiment d’inquiétude, a tenu à relever le chargé d’affaire, n’enlève rien, dans la foi, des acteurs ivoiriens à se surpasser. « Et aujourd’hui, à près de deux mois du scrutin présidentiel, nous affirmons que nous avons toujours confiance dans la capacité des Ivoiriens à refuser la violence, à se parler et à faire des concessions mutuelles quand c’est nécessaire pour mener à bien ce cycle électoral dans la paix. Il n’y a pas de fatalité, il n’est écrit nulle part que les élections en Côte d’Ivoire doivent se passer violemment », a-t-il déclaré.

Laurent d’Ersu a souligné que l’une des actions du projet d’appui consiste à faire en sorte que  sur un plan technique, les résultats provisoires, soient publiés  bureau de vote par bureau de vote afin que chaque citoyen puisse vérifier que le résultat du dépouillement dans son propre bureau de vote est bien celui qui été pris en compte. En autres initiatives, la formation des agents électoraux, qui vont accueillir les électeurs dans les bureaux et les campagnes de sensibilisation notamment en direction des femmes et des jeunes. Le chargé d’affaire n’a manqué de signaler la neutralité de l’UE. « Nous ne soutenons pas un candidat, nous soutenons un processus », a-t-il affirmé.

Koné Sourou, vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI) a rassuré les uns et les autres sur la volonté de la Commission de travailler à la manifestation de la transparence. « La Commission est engagée à faire en sorte que les résultats qui seront proclamés soient les résultats sortis des urnes et non fabriquer. Je mets quiconque au défi de nous démontrer le contraire », a-t-il martelé.

Pour sa part, Carol Flore-Smereczniak, représentante résidente du PNUD  a indiqué que le soutien de la communauté internationale  au processus électoral en Côte d’Ivoire vise « à soutenir en toute impartialité, les efforts nationaux en vue de l’organisation d’élections crédibles, apaisées, inclusives et transparentes », dira-t-elle. Et de poursuivre : «  Les élections ne relevant que de la souveraineté des Etats, notre assistance technique qui s’exécute à la demande de l’Etat ivoirien, reste ancrée sur le principe fondamental de la souveraineté »

L’appui de l’Union européenne porte sur un montant de 656 millions de franc CFA.

César Ebrokié

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart