Apatridie en Côte d’Ivoire : Le HCR instruit les rois et chefs traditionnels

Vues: 240
Lecture: 2 minutes

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a instruit la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire (CNRCT) sur les notions de l’apatridie. C’était lors d’un séminaire tenu, le 11 octobre dernier, au siège de l’institution, à Yamoussoukro.

Le sujet de l’apatridie, quoique relevant purement des droits de l’Homme, est non seulement méconnu des Ivoiriens, mais il est souvent  instrumentalisé à des fins politiques. Engendrant ainsi des poussées de xénophobie et des tensions communautaires. A travers ce séminaire de formation, il s’agit pour le HCR d’enseigner les têtes couronnées sur la typologie et l’identification des la population cible des apatrides, les causes et conséquences de l’apatridie afin de faire des chefs coutumiers des acteurs de prévention dans les communautés.

Plusieurs thèmes ont été développés durant les diverses communications qui ont meublé la partie. A savoir « Apatride : notion, causes, conséquences », « les textes internationaux et mandat du HCR », « Apatridie en Côte d’Ivoire : Contexte, profil, causes, conséquences », « Solution : Cadre régional, plan d’action national, stratégie du HCR contre l’apatridie » et  « L’état civil et nationalité en Côte d’Ivoire ».

Pour Michel Xavier  du HCR, les chefs traditionnels constituent des piliers de l’unité communautaire, de l’identité culturelle et de l’équilibre social au sein des diverses communautés de la société ivoirienne. Toute chose qui leur permet d’intervenir efficacement dans la prévention, le règlement des conflits communautaire et le maintient de la paix sociale. En s’appuyant donc sur la CNRCT, cela permet au HCR de toucher plus de 8.000 chefs de village, 17 rois, 417 chefs de canton et plus de 300 chefs de tribu repartis sur l’ensemble du territoire national.

Le ministère de la Justice était représenté par Aboubacar Ouattara, directeur de l’état civil. Ce dernier a souligné que l’apatridie est une réalité en Côte d’Ivoire. Avant de rappeler les efforts que le gouvernement ivoirien a entrepris pour réduire considérablement réduire ce phénomène.

                                                                                                                                  Ouattara Abdul-Mohamed

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart