Affi N'Guessan entouré des autres leaders de l'opposition

Côte d’Ivoire/Conférence de presse: Affi appelle à  « intensifiez la désobéissance civile »

Vues: 41
Lecture: 2 minutes

L’opposition politique ivoirienne appelle les populations à amplifier et à durcir les actions de désobéissance civile jusqu’à contraindre Alassane Ouattara au dialogue. L’exhortation a été faite, hier au siège du PDCI à Cocody lors d’une conférence de presse animée par Pascal Affi N’Guessan. Il était face au journaliste au nom de plusieurs plateformes des partis dans l’opposition. « La désobéissance civile a disqualifié le processus électoral. Il n’y a pas de campagne, il n’y a pas d’élection. Il faut intensifier la désobéissance civile », a ordonné Pascal Affi N’Guessan pour le compte de l’opposition.

Il a passé en revue toutes les actions engagées pour empêcher la tenue du scrutin du 31 octobre. Reconnaissant que le mot d’ordre est suivi dans plusieurs localités du pays. Selon lui, dans de nombreuses villes, les Ivoiriens ont obstrué les voies pour empêcher le déroulement de la campagne et l’acheminement du matériel électoral. « Nous allons tout faire pour que toute la Côte d’Ivoire se mobilise », a prévenu le président de l’Alliance des forces démocratiques(AFD).
Le porte-parole des plateformes a déploré et a surtout condamné la brutalité qu’oppose le régime RHDP aux actions de désobéissance civile. Selon le conférencier, on a dénombré 50 morts de nombreux blessés depuis que les Ivoiriens ont décidé de se dresser contre le troisième mandat d’Alassane Ouattara.
Il accuse alors le régime d’être entièrement responsable des morts causés dans le pays. Parlant des méthodes qui sèment la mort, Pascal Affi N’Guessan a expliqué que le régime se sert de ses milices pour tuer dans les villes et villages pour réduire le peuple au silence. « Le pouvoir sème la mort pour dissuader les Ivoiriens. Il y a des policiers et gendarmes qui accompagnent les miliciens et des miliciens sont habillés en tenues de policiers et de gendarmes ». Mais le conférencier rassure et fait remarquer que toute lutte passe par des sacrifices. « Nous aurons encore à faire des sacrifices et nous sommes prêts à faire des sacrifices ».

“Quand Abidjan va bouger, le fruit va tomber”

Abordant la question des violences faites aux populations qui, à l’en croire, manifestent de façon pacifique, il a souligné que les populations ont le » droit de se défendre. « Si nos parents sont attaqués, ils sont en situation de légitime défense, ils doivent se défendre… Face à la barbarie, le peuple doit se défendre». De sa lecture des morts enregistrés du fait des milices, Pascal Affi N’Guessan appelle les Ivoiriens à ne pas se faire complices du régime. « Nos compatriotes ne doivent pas accompagner Alassane Ouattara dans sa folie meurtrière. Nous connaissons l’histoire des dictateurs et des fascistes», a-t-il déploré.
Pourquoi la désobéissance civile ne connaît pas du succès à Abidjan et qu’est-ce qui se passera après le 31 octobre ? Concernant à Abidjan, Pascal Affi N’Guessan a fait remarquer : « Chaque lutte a sa stratégie. Pour Abidjan, prenez patience. Quand Abidjan va bouger, le fruit va tomber. » 
Pour lui, de nouvelles dispositions seront prises au-delà de la date officielle des élections. « Après le 31 octobre ; les Ivoiriens vont se donner un gouvernement de transition. Le pays ne sera pas sans gouvernement. »

S’agissant de la mission de la CEDEAO pour une facilitation en terre ivoirienne, le porte-parole de l’opposition retient que la mission s’est soldée par un échec pour n’avoir pas été à la hauteur des attentes des Ivoiriens dans la résolution de la crise préélectorale.
« Ce que nous demandons à la CEDEAO, c’est un peu de courage »
Mais par la voix du conférencier, l’opposition dit être disposée au dialogue à condition que celle-ci soit placée l’arbitrage d’une tierce personne ou d’une organisation autre que le gouvernement.

Benjamin Koré

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart