Conclave de l’ANC Alphonse Soro : « Le RHDP s’est attaqué à tous les équilibres de notre Nation »

Vues: 157
Lecture: 2 minutes

Alphonse Soro, le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), un parti proche de Guillaume Soro s’est livré à un procès en règle du régime Ouattara, le samedi 9 novembre, à l’occasion du premier conclave de sa formation, à Abidjan. « Dans ce pays, le changement est une nécessité. Le pouvoir RHDP, avec la minutie d’un orfèvre, s’est attaqué en moins d’une décennie, à tous les équilibres de notre Nation. La peur est aujourd’hui le sentiment le plus répandu entre les Ivoiriens. Peur du lendemain, peur de l’autre, peur de ceux qui nous dirigent et qui devraient plutôt nous rassurer, peur même de notre propre ombre », a-t-il martelé.

Le proche de  l’ancien président de l’Assemblée nationale  a souligné le climat d’incertitudes qui règne en Côte d’Ivoire, à la faveur des élections de 2020.Une atmosphère, selon lui, consécutive à l’attitude du pouvoir, dans la logique de se maintenir aux affaires. « L’année 2020 qui devrait consacrer l’ancrage démocratique de notre nation est devenue celle de nos cauchemars et de nos nuits d’insomnies.
Qu’avons-nous fait de ces 10 ans après avoir connu coup d’Etat, rébellion, crise postélectorale et même une guerre ? », dira-t-il. Alphonse Soro a dénoncé le recul de la démocratie marqué par des entraves à la liberté d’opinion et d’expression. « Qu’avons-nous fait de ces dix années, pour qu’on en soit à négocier une CEI indépendante, vous le savez, cette CEI menace gravement la paix sociale. Pour qu’on en soit à décrier une justice qui emprisonne pour un tweet ? Pour que des justiciables soient oubliés dans les prisons sans procès équitable ? », s’interrogera le président de l’ANC. Et de poursuivre « Dix ans plus tard, des ivoiriens sont encore en exil, d’autres meurent en prison, pendant que le pouvoir regarde ailleurs !
Dix ans après, la Côte d’Ivoire, dont les tenants du pouvoir se vantent d’en avoir fait le pays le plus réformateur de la planète terre, avait-elle vraiment besoin de ce faux débat sur un éventuel troisième mandat ? ».

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart