Congrès extraordinaire de l’Unjci / Lance Touré (candidat à la présidence) aux journalistes avant le 2nd tour : “Portez votre choix sur notre liste qui milite en faveur de la rupture”

Vues: 271
Lecture: 4 minutes

Venu en deuxième position à l’issue du 1er tour du scrutin pour le poste de président du Conseil exécutif de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), samedi dernier, à l’auditorium de l’Istc, le candidat Lance Touré donne, ici, ses impressions sur le scrutin passé, sur le vote à venir, demande l’adhésion de ses confrères autour de son projet et lance un message à ses électeurs et aux journalistes indécis.

Notre Voie : Lance Touré, vous êtes venu en tête du scrutin comptant pour le 1er tour de l’élection au poste de président du Conseil exécutif de l’Unjci, le samedi 24 août dernier, à l’auditorium de l’Istc. Dans quel état d’esprit entrevoyez-vous le second tour du scrutin qui va se dérouler le samedi 14 septembre prochain ?

Lance Touré : Avant de répondre à votre question, je tiens à dire merci, de remercier tous les journalistes de Côte d’Ivoire qui se sont mobilisés à l’Istc. Parce que là, on a eu un taux de participation record de plus de 90%. Cela dénote de l’intérêt des journalistes à leur organisation et cela est une grande satisfaction pour moi.

Revenant à votre question, mon équipe et moi sortons satisfaits, parce que nous avons obtenu un score honorable qui nous permet d’affronter un second tour. Et je crois qu’en toutes circonstances, il faut tirer les leçons. Nous avons donc tiré les leçons du 1er tour.

Nous allons nous améliorer pour affronter, vraiment avec sérénité, aisance le 2nd tour. En tout cas, nous autres, nous partons confiants, parce que nous avons confiance aux journalistes de Côte d’Ivoire, nous avons confiance à nos amis qui savent ce qui est bon pour eux. Et nous ne doutons pas un seul instant que, le 14 septembre prochain, ils feront le bon choix, celui de la cohésion et de la vraie fraternité.

 

-Pour beaucoup, Franck Ettien, candidat malheureux au 1er tour de cette élection, est le faiseur de roi à ce second tour. Qu’est-ce que vous en pensez et quelle stratégie votre équipe et vous comptez mettre sur pied pour quelque peu grignoter les partisans de la liste “Innovons ensemble” conduite par Franck Ettien ?

Ça, c’est vous qui le dites. Franck Ettien, le faiseur de roi, ça peut ne pas être faux. Et, effectivement, 133 personnes sur la liste des votants ont voté pour Franck Ettien. Mais, déjà, Franck Ettien et nous sommes en phase. Nous sommes en phase d’autant plus que nous nous sommes toujours parlé quand il s’est agi de nous mettre ensemble et de mener des combats pour le bonheur, pour la dignité des journalistes, mais surtout pour la rupture avec les pratiques anciennes.

Donc nous n’avons véritablement pas de problème. Et, pour moi, du fait que Franck Ettien et moi-même, ainsi que nos équipes partageons la même vision que ces jeunes, tous ces aînés pour que, véritablement, la rupture soit consommée et que nous ayons désormais une nouvelle vision et que nous innovions dans la cohésion et dans l’action, il n’y a pas de raison que tous ceux qui sont allés vers Franck Ettien, tous ceux qui étaient absents le jour du scrutin ne puissent pas venir, mais surtout se mettre avec nous, parce que nous prônons la solidarité, la cohésion pour un mieux-être du journaliste en Côte d’Ivoire.

 Le scrutin du 24 août s’est déroulé avec une seule urne, ce qui est pour beaucoup dans ce qu’on a vécu et qui a fait qu’on n’a pas pu organiser le 2nd tour ce jour-là. Est-ce que vous envisagez de rencontrer le président du Comité d’organisation et le président du Bureau du congrès pour remédier à ce fait, et permettre donc d’avoir 3 à 4 urnes pour que le processus électoral aille vite le samedi 14 septembre prochain ?

Déjà, sur cet aspect, je voudrais vraiment dénoncer cette manière de faire qui n’est pas honorable. Vous savez, pour le report du second tour, nous n’avons même pas été associés aux échanges. Nous ne savons même pas dans quelles conditions cette date a été arrêtée. Rien ! Jusqu’aujourd’hui, je n’ai reçu aucun appel du président du bureau ou encore moins d’un de ses membres pour nous notifier, ne serait-ce même par téléphone, la date du 14 septembre. Mais ce n’est pas bien grave. Nous, nous tenons à la cohésion, à l’apaisement pour une élection qui va nous permettre de connaître enfin le président de l’Unjci.

Parlant des urnes, effectivement, nous avons vu que quand nous tendions vers la fin du scrutin, il y a eu une affluence. Et, avec une seule urne, vous comprenez que les choses sont allées à un tel rythme qui nous a vraiment pas permis de finir tôt conformément au calendrier qui avait été préalablement arrêté. Pour le second tour, nous militons pour qu’il y ait deux urnes, même trois si c’est possible.

Et faire en sorte surtout pour éviter encore certains désagréments. On a, par exemple, dû constater que, dans la salle, des gens avaient des téléphones. Après leur vote, ces derniers faisaient des photos on ne sait pour quelle raison. Un vote est secret et les textes le disent. Nous allons également exiger du comité d’organisation et du bureau du congrès qu’aucun téléphone ne soit admis dans l’isoloir ou même dans la salle.

Et faire en sorte que le chronogramme qui a été établi puisse tenir dans le temps et soit aussi respecté par toutes les parties. Parce que vous avez vous-même dû constater encore que les mêmes qui ont bloqué le congrès au Plateau sont les mêmes qui ont bloqué le congrès extraordinaire à Cocody avec les mêmes pratiques. Déchirer les bulletins, éteindre la lumière dans la salle, exfiltrer le président du bureau du congrès, ce n’est pas bien, surtout pour des personnes d’un certain âge. Nous déplorons vraiment cette attitude qui ne nous honore pas du tout.

 

-Quel pourrait être votre message à l’endroit de vos partisans et éventuellement à l’endroit des journalistes encore indécis ?

Je voudrais dire merci à tous nos partisans. Merci pour ce travail abattu, mais le combat n’est pas terminé. Remettons-nous au travail. Pour tous ceux qui veulent voir au sein de notre organisation une rupture avec les anciennes pratiques, une innovation, pour tous ceux qui veulent la cohésion et la vraie confraternité, la transparence, je les invite à se mobiliser le 14 septembre prochain pour porter leur choix sur notre liste qui milite en faveur de la rupture.

 

Entretien réalisé par Marcellin Boguy

 

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart