Coronavirus: L’AAPIE  appelle à la solidarité  des acteurs de l’industrie événementielle africaine 

Vues: 113
Lecture: 2 minutes

L’annonce des premiers cas de la crise sanitaire du coronavirus en Afrique s’est avérée lourde de conséquences pour les différentes économies du continent dont celle de l’industrie événementielle.

Depuis cette pandémie, l’événementiel subit une dévastation dans le monde entier. Tandis que nos voisins occidentaux peuvent migrer vers le virtuel et compter sur la mise à disposition concrète d’un fond de solidarité et des mesures de soutien aux entreprises,  nous autres en Afrique Subsaharienne et notamment dans la zone francophone,  avons tout à faire.

Les causes principales étant les pertes subies après les annulations des événements et l’opacité encore trop pesante de notre marché qui mettent en danger toute la chaîne de production.

En quelques jours, toute la filière a reçu un coup d’arrêt brutal  et total de l’ensemble de ses activités. L’événementielle est une filière diversiforme composée de nombreux niveaux de sous-traitance, étroitement liés les uns aux autres.

Les conséquences sur le secteur de l’évènementiel des mesures d’annulation et de confinement, justes et compréhensibles, prises par les autorités publiques sont lourdes pour tout le secteur, et notamment ses sous-traitants. Fournisseurs, prestataires de services et même indépendants qu’ils soient formels ou non se retrouvent ainsi au chômage.

L’annulation ou le report de plus de 95% des événements prévus de longues dates, pour lesquels, des frais avaient préalablement été engagés induisent un préjudice estimé à plus de 80% du chiffre d’affaires pour les entreprises opérant dans le domaine.

Confrontées à l’inexistence, dans leurs contrats d’assurance, de clauses  permettant de couvrir ce type de sinistre, plus de 95% de ces entreprises ont été provisoirement obligées de fermer.

Les 5% restantes ont arrêté des mesures drastiques d’austérité parmi lesquelles ; la réduction des charges de fonctionnement, les départs en congés anticipés, la mise au chômage technique de 2/3 du personnel…

Cette situation impacte près d’un million d’emplois indirects.

A terme, et si la pandémie devait s’inscrire dans la durée, les entreprises dont le modèle économique repose sur des contrats au coup par coup, disparaitront du paysage. Entrainant dans leur sillage, près de 500.000 emplois supplémentaires.

L’impact économique sur le secteur événementiel va être terrible.

Une fois la crise sanitaire terminée, les acteurs savent que l’environnement économique ne permettra pas une relance immédiate de leurs activités.

Il faudra des mois, voire des années, pour que les professionnels qui réussiront à surmonter cette épreuve puissent rejoindre la route de la croissance.

Sur le front de la mobilisation depuis le début de la crise du Covid-19 et depuis son lancement en janvier 2019 à Abidjan, l’Association Africaine des Professionnels de l’Industrie Evénementielle réunit les acteurs de l’Événement de toute l’Afrique Francophone pour s’unir et s’engager dans le développement et la protection de leur secteur.

L’AAPIE  place l’humain et la solidarité au  cœur de son modèle.

L’événementiel, facteur d’échanges, de rassemblements et  de rencontres est essentiel à la vitalité économique de notre continent. Aujourd’hui, il en va de l’avenir d’un secteur qui ne peut pas perdre des compétences et des savoirs faire incontestables.

Le Conseil d’Administration.

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart