Le Ministre ivoirien de la Santé ( au centre en costume) entouré des membres de l'Ong "Espoir AVC" initiatrice de la célébration de cette journée en Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire / AVC: Le Ministre de la Santé ivoirien appelle à la prévention

Vues: 36
Lecture: 2 minutes

Dr. Aka Aouélé, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a lancé hier dans un hôtel de la place, à la faveur de la célébration en Côte d’Ivoire de la  journée mondiale de lutte contre les Accidents vasculaires cérébraux (AVC), un appel à la prévention contre cette maladie par une sensibilisation accrue de la population. D’où le thème de la journée choisit par la Côte d’Ivoire : “AVC: la prévention, une priorité nationale“.

“La prévention est essentielle, car nul n’est à l’abri“, a conseillé le Ministre de la Santé ivoirien. Selon lui, « il ne se passe pas un seul jour sans qu’une personne ne soit frappée d’ AVC ». La situation est inquiétante, car elle concerne toutes les personnes sans distinction d’âge et de genre. C’est ce qui explique, à l’en croire, la lutte acharnée du gouvernement ivoirien à améliorer la qualité des soins et à surtout endiguer son extension sur le territoire national.

Énumérant les nombreux facteurs de risque qui peuvent entraîner un AVC, Aka Aouélé a cité, le tabagisme, les antécédents de maladies cardiaques, l’inactivité physique… Avant de révéler que  “le genre masculin court un risque plus grand d’accident vasculaire cérébral que la femme qui n’est pas ménopausée“.

De son côté, Chantal Gnahouo, présidente de l’Ong Espoir Avc, a fait savoir qu’être victime d’un AVC nécessite de faire le deuil de son ancienne vie. « Désormais, dans nos nouveaux corps, il nous a fallu faire le deuil de notre ancien moi. Réapprendre à vivre, c’est-à-dire à marcher, à parler, à gagner l’autonomie, à affronter le regard des autres et vivre avec l’angoisse permanente d’une récidive fatale. C’est donc en connaissance de cause que nous sommes résolument actifs contre cette maladie » a-t-elle témoigné. Ajoutant que l’AVC est le « destructeur de la dignité humaine ».

Les AVC représentent, selon l’Oms, la deuxième cause de mortalité dans le monde et dans les pays en voie de développement, derrière les maladies cardio-vasculaires, devant les maladies infectieuses notamment les infections pulmonaires ou diarrhéiques, la tuberculose, le Sida ou le paludisme.

En Côte d’Ivoire, avec en moyenne 35% des hospitalisations, les AVC représentent aujourd’hui le 1er motif d’admission en médecine interne. Les principaux facteurs de risques en Côte d’Ivoire sont l’hypertension artérielle (45%) et l’alcool (27%).

                                                                         Carmen BEUGRE

                                                                                  (Stagiaire)

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart