Alpha Blondy, son épouse coréenne (à gauche) et leur fille Soukeïna Koné

Côte d’Ivoire/Mariage d’Alpha Blondy : la reggae-star  a-t-elle violé la loi ?

Vues: 252
Lecture: 2 minutes

Le récent mariage d’Alpha Blondy avec la tunisienne Aelyssa Darragi, animatrice à la radio Alpha Blondy.FM fait couler beaucoup d’encre. La question qui brûle les lèvres, c’est, est-ce que M. Koné Seydou alias Alpha Blondy a violé la loi sur le mariage ?

Pour, Soukeïna Koné, la fille d’Alpha Blondy,  fruit de son union avec son épouse coréenne, Ran Young Hong Koné, il a violé la loi.  « Ma mère lui a écrit de nombreuses lettres et des e-mails qui sont restés sans réponse. Aucun divorce n’a été demandé. Aucun divorce n’a été prononcé », a-t-elle affirmé dans un courrier ouvert,  largement partagé sur les réseaux sociaux.

Dans un autre courrier, cette fois de sa mère adressé à son père, qu’elle a aussi rendue public sur les réseaux sociaux, Ran Young Hong Koné, constate que son mari a commis un délit. « Je voudrais te rappeler qu’il n’y a rien de mal au fait de te remarier, mais sans m’avoir divorcé moi qui suis légalement encore marié à toi, tu commets un délit », affirme l’épouse coréenne d’Alpha Blondy.

Selon l’extrait d’acte de mariage N° 2004/1348 et transcrit le 3 décembre 2004, encore disponible sur les réseaux sociaux par les soins de sa fille, Alpha Blondy et Ran Young Hong se sont mariés le 5 août 2000 à 16h30 à Grand-Bassam (Sud de la Côte d’Ivoire). Et depuis, jusqu’à maintenant, ce mariage n’a pas été annulé. Car, « aucun divorce n’a été demandé. Aucun divorce n’a été prononcé », comme l’affirme sa fille.

l’extrait d’acte de mariage d’Alpha Blondy et de Ran Young Hong

Selon la loi n° 2019-570 du 26 juin 2019 relative au mariage, en son article 3, « nul ne peut contracter un nouveau mariage avant la dissolution du précédent constatée soit par une décision devenue définitive, soit par un acte de décès ». Et l’article 26 de la même loi, dispose que « doivent être annulés, les mariages célébrés : au mépris des règles fixées par les articles 1, 2, 3 alinéa 1,4 alinéa 1 et 7 ».

Alors, connaissant toutes ces dispositions votées par l’Assemblée Nationale ivoirienne, pourquoi Hamed Bakayoko en sa qualité de maire d’Abobo a-t-il pu célébrer le mariage d’Alpha Blondy et de Aelyssa Darragi ? « À part si quelqu’un a été bien payé, bien entendu, ou s’il a eu recours à un mensonge suffisamment bien élaboré pour cacher la vérité », accuse la fille d’Alpha Blondy,  Soukeïna Koné.

 

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart