Côte d’Ivoire: Paix des braves entre des médecins privés et des mutualistes

Vues: 118
Lecture: < 1 minute

Il n’y a plus de nuage entre la mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) et l’association des cliniques privées de Côte d’Ivoire (Acpci). Ils ont signé, mercredi, au siège de la Mugefci à Abidjan-Plateau, une convention-cadre qui met fin à plusieurs mois de brouille entre les deux parties.

En décembre dernier l’Acpci, soutenu par le syndicat national des médecins privés de Côte d’Ivoire et le syndicat national des cabinets dentaires privés de Côte d’Ivoire, avait annoncé la hausse [applicable dès le 1er janvier dernier] de ses tarifs de consultation en médecine générale et en spécialité. Ils passaient de 12 mille à 15 mille F Cfa, pour la consultation générale, et de 15 mille à 17 mille 500 F Cfa, pour la consultation spécialisée. Et cela, en application des barèmes arrêtés depuis 1998.

Cette hausse des tarifs de consultation avait provoqué une vague d’indignation dans la population et surtout dans le milieu des mutuelles sociales de santé dont la Mugefci. Mesmin Comoé, président du conseil d’administration de la Mugefci avait, au sortir d’une assemblée générale de sa mutuelle, dénoncé cette augmentation et affirmé que la Mugefci ne pourrait pas payer de tels tarifs. Ce qui a provoqué une tension avec l’Acpci qui, de son côté, reprochait aux mutuelles et assurances de pratiquer du domping, mettant en péril la vie. Cela, parce qu’elles n’arrivaient plus à faire face à leurs charges et offrir des soins de qualité.

Le refroidissement des relations entre les deux parties est parti de là. C’est ce qui, à entendre Mesmin Comoé et ses partenaires, a été corrigé avec la signature de la convention-cadre.

Coulibaly Zié Oumar

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart