Pascal Affi N'Guessan au micro avec à ses côtés Mabri Toikeusse, président de l'UDPCI qui a pris part à la rencontre

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020 : Après sa rencontre avec Bédié, Affi met la pression sur KKB

Vues: 50
Lecture: 2 minutes

Pascal Affi N’Guessan, président du Front Populaire Ivoirien a comme prévu, rencontré cet après-midi, Henri Konan Bédié à son domicile pour une séance de travail sur la suite à donner aux activités du Front Uni de l’opposition. Tout en montrant sa détermination avec le reste de l’opposition à faire bouger le pouvoir, il a mis la pression sur KKB en l’invitant à se joindre au « bon camp ». Notrevoienews.com vous propose l’intervention du président du Fpi, au sortir de sa rencontre avec le président du Pdci, Henri Konan Bédié.

“Ce que l’opinion doit retenir, c’est que nous avons rencontré le président Henri Konan Bédié pour réaffirmer notre engagement dans la lutte pour la démocratie, pour des élections justes et transparentes. Donc, notre détermination à prendre toute notre part dans le programme de désobéissance civile que le président Henri Konan Bédié a lancé. Nous sommes en phase sur cette démarche, nous sommes en phase sur les objectifs recherchés. Il était donc important que nous nous rencontrions pour voir quelles peuvent être les prochaines étapes parce qu’il ne s’agit pas de rester au stade des mots. Il faut passer aux actes. Et donc, c’est une réunion pour définir le cadre dans lequel nous allons commencer à travailler. Il faut que le plus rapidement possible, nous passions à la phase pratique pour que l’objectif poursuivi soit atteint dans les meilleurs délais

Séance de travail entre Affi N’Guessan (à gauche) et Henri Konan Bédié

Nous sommes dans la coalition. Vous savez que depuis le 25 août, j’ai évoqué la nécessité de cette alliance. J’ai fait une conférence de presse pour dire qu’il faut que dans le contexte actuel, face au défi qui nous ait lancé par M. Ouattara et à l’enjeu que cela représente pour la paix, la stabilité et pour la démocratie en Côte d’Ivoire, il faut que toute la classe politique se mobilise, se rassemble et dépasse ses contradictions internes qui sont secondaires pour regarder l’intérêt national, l’intérêt de la Côte d’Ivoire et se mette ensemble. Donc, je peux dire, dans une certaine mesure, je participe à une initiative qui était recherchée et souhaitée depuis longtemps

Je pense que lorsque Monsieur KKB, qui est le troisième candidat de l’opposition, verra la grande mobilisation des Ivoiriens autour de cette initiative, il n’aura pas d’autres choix que de nous rejoindre. Il faut qu’il soit dans le bon camp et le bon camp aujourd’hui, c’est le camp que nous représentons à l’heure actuelle”

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart