La Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) conduite par le PDCI (Photo d'archives)

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020: Des partis de l’opposition suspectent le pouvoir de porter la caution à 250 millions de fcfa

Vues: 347
Lecture: 2 minutes

Plusieurs coalitions de partis politiques dans l’opposition en Côte d’Ivoire ont suspectent dans une déclaration rendue publique cet après-midi par le site Koaci.com  , le pouvoir Ouattara de porter à 250 millions de fcfa la caution pour être candidat à la prochaine élection présidentielle prévue pour le 31 octobre prochain.

Il s’agit de la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) piloté par le PDCI, l’Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) avec Pr. Ouegnin et l’ URD de Mme Danielle Boni Claveri qui prennent part en ce moment au dialogue avec le pouvoir Rhdp sur le projet de révision du code électoral.

Si cette suspicion est avérée, ce serait un véritable dénie de démocratie selon plusieurs observateurs. Lors de sa visite à Katiola (Centre de la Côte d’Ivoire) le jeudi 28 novembre dernier, Alassane Ouattara, le président ivoirien avait annoncé sa volonté de revoir à une forte hausse le cautionnement à la présidentielle de 2020. ” (…) Je pense qu’il faut mettre la caution au minimum à 100 millions FCFA parce que si on veut être président de la République, on doit pouvoir sortir au moins 100 millions FCFA pour sa campagne”, avait annoncé le Président ivoirien.

“Pour l’opposition réunie au sein de EDS, la CDRP et l’URD, la Côte d’Ivoire ne devrait pas envoyer un si mauvais signal en laissant penser que pour prétendre postuler à la candidature à la présidence de la République, il faut afficher une fortune colossale, dont l’origine importe peu “, relèvent les signataires du document.

Plus globalement, cette partie de l’opposition ivoirienne a fait part dans sa déclaration de désaccords profonds avec le pouvoir pendant ces discussions sur le code électoral. Ils citent entre autres, selon Koici.com,  comme points de désaccords , les questions relatives à l’environnement des élections, la liste électorale et le phénomène de la transhumance des électeurs, le découpage électoral et de la cartographie électorale, le parrainage,  le cautionnement et le financement des campagnes des candidats sur fonds publics.

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart