Kuibiert-Coulibaly Ibrahime, président de la Cei ivoirienne (Photo d'archives)

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020 : le Pdci et ses alliés réclament la démission du président de la Cei

Vues: 143
Lecture: 2 minutes

Le Pdci et ses alliés regroupés au sein de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp) et d’autres partis tels que  Eds, l’Urd, Lider et Gps ont réclamé ce matin au cours d’une conférence de presse au siège du Pdci à Cocody, la démission du magistrat, Kuibiert-Coulibaly Ibrahime , président de la Commission électorale indépendante (Cei).

Pourquoi ? En raison selon eux, « de son échec patent lors de l’opération de révision de la liste électorale 2020 comportant de nombreux cas de fraude, démontrant ainsi son incapacité à produire une liste électorale fiable de nature à permettre des élections justes, transparentes et crédibles. Il s’est aussi rendu coupable d’un délit d’initié par  son choix délibéré d’utiliser un opérateur technique (Voodoo communication, ndlr) militant avéré du RHDP Unifié dans le cadre du processus électoral, entachant ainsi son impartialité et sa crédibilité ».

Par conséquent, ils ont demandé « l’élection d’un nouveau Président de la CEI et l’application intégrale de l’arrêt du 15 juillet 2020 de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) en ce qui concerne les choix des représentants des Organisations de la Société Civile et des Partis et Groupements politiques de l’opposition et la reprise des élections des CEI locales avant toute élection ».

Le Pdci et ses alliés vont plus loin pour demander un « audit international de la liste électorale issue de l’enrôlement de juin- juillet 2020 ». Enfin, les animateurs de cette conférence de presse ont exigé « la réintégration du Président Laurent Gbagbo, de l’ex-Président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro et du Ministre Charles Blé Goudé sur la liste électorale ».

Ils par ailleurs appelé à la libération de « tous les prisonniers politiques et militaires » et au  « retour sécurisé de tous les exilés sur la terre de leurs ancêtres »

Enfin, pour eux, « le Président Alassane Dramane Ouattara, qui est au terme de son deuxième mandat » doit revenir sur sa décision de se porter candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, afin de  « se conformer ainsi à la Constitution ivoirienne qui ne lui permet pas un troisième mandat ».

 

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart