Dr. Aka Aouélé, le Ministre de la Santé ivoirien à la cérémonie d'introduction officielle du vaccin contre l'hépatite B dans le Pev

Côte d’Ivoire/Vaccin contre l’hépatite B : Dr. Aka Aouélé : “ Un parent qui ne fait pas vacciner son enfant s’expose à une amende de 50 à 300 milles“

Vues: 202
Lecture: 2 minutes

“Un parent qui ne fait pas vacciner son enfant est exposé à une amende allant de 50 à 300 milles”. C’est la mise en garde faite ce matin par Dr. Aka Aouélé, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique,  à la faveur de l’introduction officielle de la dose naissance du vaccin contre l’hépatite B,  à la direction de la  Coordination du programme Elargi de Vaccination (Pev) à Treichville. Par conséquent, “la vaccination est obligatoire“, a-t-il mentionné.

En présence de Dr. Jean-Marie Vianny Maurice Yaméogo, représentant résident de l’Oms en Côte d’Ivoire, le Ministre de la santé ivoirien a invité les femmes  à se rendre dans les centres de santé pour accoucher afin de préserver leur vie et celle de leurs enfants. Car, “faire le choix d’accoucher dans un centre de santé permet de bénéficier des meilleurs soins et d’un meilleur suivi”, a-t-il recommandé.

L’hépatite B est une maladie virale transmissible dans les mêmes modes que le Vih. Dans la plupart des pays en voie de développement, la majorité des personnes infectées par le virus de l’hépatite B, l’ont été, selon les autorités sanitaires, durant leur enfance.  C’est pour combattre cet état de fait que le Ministère de la santé introduit le vaccin anti-hépatite B dans le Pev.

De son côté, Dr Sidibé, représentant le maire de Treichville, voit dans l’introduction du vaccin de l’hépatite B dans le Pev,  “un grand espoir pour la population ivoirienne”.  En effet, “le taux de prévalence de cette maladie en Côte d’Ivoire varie de  8 à 10% “, a-t-il déploré.

En outre, il a stigmatisé le coût onéreux du traitement de l’hépatite virale en Côte d’Ivoire.   « Il faut en moyenne 150.000 francs par injection. Ce qui représente un coût énorme pour les contribuables. D’où, la nécessité de mettre en place des outils de préventions »

Pour Mark Vincent, représentant des partenaires (Oms, Unicef), un enfant vacciné a plus de chance de grandir en bonne santé. Vacciner permet d’économiser. “En 2015, les hépatites A, B, C, D et E ont causé près de 1,5 millions de décès dans le monde. L’OMS a donc mis en place une nouvelle stratégie mondiale en vue de lutter et de réduire de 90% le taux d’hépatite dans le monde”, a-t-il indiqué.

La cérémonie de l’officialisation de l’introduction de la dose de naissance de vaccin contre l’hépatite B a été couplée avec   la remise officielle de  100 motos à plusieurs régions et districts sanitaires.

 

Khader Coulibaly

(Stagiaire)

 

 

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart