Covid-19 en Côte d’Ivoire: une situation inquiétante pour les professionnels de santé

Vues: 184
Lecture: 3 minutes

« La situation est très inquiétante. Dans le milieu des personnes vivant avec le Vih, le covid-19 peut faire de dégâts si on n’y prend garde ». C’est l’inquiétude exprimé mercredi par un professionnel de la santé que nous avons eu au téléphone. Travaillant dans la prise en charge des personnes vivant avec le Vih, ce professionnel de la santé voit dans le covid-19, une grosse menace pour ses patients. « Nous leur avons demandé de s’éloigner des hôpitaux », a-t-il affirmé.

Comment vont-ils faire pour prendre leurs médicaments ? « Nous allons nous organiser pour leur acheminer les médicaments chez eux à domicile avec les partenaires de mise en œuvre », a assuré mon interlocuteur qui veut garder l’anonymat.

En fait, selon les données sur le covid-19, les personnes souffrantes de maladies chroniques ou virales au point d’affaiblir leur système immunitaire, sont des sujets propices. D’où la crainte de la directrice Afrique de l’OMS qui a mis en garde contre une propagation du covid-19 qui pourrait faire mal aux personnes vivant avec le Vih. Des personnes qui sont nombreuses sur le continent et aussi en Côte d’Ivoire.

Un autre qui exerce au Chu de Treichville, lui estime que « nous ne sommes pas encore prêts ». Pourquoi ? « Au service des maladies infectieuses et tropicales (Smit), 5 chambres ont été libéré pour constituer l’espace covid-19. Ça nous fait environ une soixantaine de lits », a-t-il affirmé.

En ce moment, le ministère de la santé a déclaré 80 cas confirmés de covid-19. C’est dire que nous sommes en manque de lit. C’est pourquoi, au smit, « l’aile ébola (les sites qui avaient été préparé pour recevoir d’éventuels malades d’ébola en 2014) a été ouverte. Elle comprend une trentaine de lits ».

L’unité de réanimation du Smit fermé depuis 2001 est en train d’être réhabilité à la faveur de cette crise sanitaire. Hors secteur privé, le pays ne compte pas beaucoup de lit de réanimation. « Avec nos trois Chu (Treichville, Cocody, Angré), nous pouvons compter une vingtaine de lits en réanimation. Ce qui est insuffisant dans un contexte propagation du virus avec son corollaire de complication. Nous avons très peu de respirateurs. Une dizaine. D’ailleurs, parmi les personnes atteintes du covid-19 au Smit, il nous revient qu’il y a deux cas compliqués », a détaillé cet autre professionnel de la santé.

« Si le virus se répand, le centre hospitalier régional d’Abobo ne pourra pas faire face », affirme cet infirmier que nous avons rencontré. Il soutien que certains personnels de santé ont certes reçu des formations sur le covid-19 mais le matériel ne suit pas. « Nous avons des gants, des masques… mais pas en grande quantité », a-t-il poursuivi.

Selon lui, il n’y a pas de respirateurs, encore moins de lit de réanimation. « Nous n’avons que la salle de réveil après les opérations chirurgicales », s’est-il désolé.

Dans le corps médical, la crainte est grande. Selon plusieurs d’entre eux, le gouvernement n’a pas suffisamment anticipé les choses. « Le gouvernement n’aurait pas dû laisser les Ivoiriens de la diaspora qui ont refusé de se faire confiner la dernière fois (mercredi 18 mars, ndlr) rentrés chez  eux. C’est une grave erreur. On aurait pu même par anticipation réquisitionner un hôtel pour confiner les Vip. Mais, ça n’a pas été », dénonce un responsable syndical de la santé.

En effet, le site de l’Injs n’était pas prêt au moment où les Ivoiriens de la diaspora arrivaient sur le site. C’est seulement maintenant que ce site est en train d’être apprêté. 1563 lits sont prévus avec toutes les commodités. Dans la perspective d’un confinement des cas confirmés mais pas grave, ce site pourrait servir à cela. On pense aussi du côté des autorités, au site de la Vitib à Grand-Bassam et un autre à Bingerville à l’école supérieur interafricaine de l’électricité (Esie).

Croisons donc les doigts pour ne pas qu’il y ait propagation du virus comme c’est le cas en Europe.  Pour cela, il faut que le gouvernement soit ferme devant les indisciplines.

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart