Culture/Accession au pouvoir les villages Ebrié: Les Dougbo appellent l’Etat à la rescousse

Vues: 109
Lecture: 2 minutes

“La Fédération Atchan-Dougbo et le Collectif des chefs de villages Atchan appellent les pouvoirs publics à prendre des mesures idoines qui s’imposent afin de faire régner l’ordre, la discipline et la paix dans les villages Atchan”. C’est l’appel qu’a lancé Léon Oga, porte parole dudit collectif et de ladite fédération, président honoraire du Collectif des chefs de villages Atchan, chef du village de Songon Kassemblé. C’était ce mercredi 12 février 2020, au siège de la chefferie du village d’Abidjan-Adjamé, lors de la déclaration conjointe de la Fédération Atchan-Dougbo et le Collectif des chefs de villages Atchan. La déclaration s’inscrit dans le cadre de la prise du pouvoir de la génération Tchagba dans les villages Atchan. Cette prise du pouvoir qui n’est pas du goût de la génération Dougbo est à l’origine de cette déclaration.

Les Dougbo estiment, en effet, que la prise de pouvoir des Tchagba est condamnable parce que non légaliste. C’est en cela que Léon Oga a rappelé que le mandat des Dougbo prend fin le 31 décembre 2020. “Anticipant toutes les velléités de coups de force inédits et absurdes en milieu rural, nous avions réduit le mandat des Dougbo à 15 ans au lieu de 20 à 25 ans comme par le passé. Ce mandat devrait donc prendre fin le 31 décembre 2022”, s’explique-t-il. Et de poursuivre: “Mieux, nous avons encore décidé de ramener l’expiration du mandat des Dougbo au 31 décembre 2020.

Ce qui constitue un grand sacrifice consenti par les Dougbo au nom de la paix et de la cohésion sociale en pays Atchan”. Léon Oga dit ne pas comprendre pourquoi malgré les interpellations fraternelles aux fins de tempérer leur ardeur en vue du respect des us et coutumes et surtout de respect du droit d’aînesse, les Tchagba ont pris le pouvoir dans des villages.

Dans la période allant du 23 décembre 2019 au 18 janvier 2020, les Tchagba en exécution de leurs funestes projets de déstabilisation du pays Atchan, selon le porte parole du Collectif des chefs Atchan, ont causé un lourd préjudice à 27 villages sur les 60 que compte le pays Atchan.

Pour lui, il y a une violation flagrante des règles coutumières régissant l’accession et l’exercice du pouvoir politique en pays Atchan. A l’en croire, il y a déstabilisation des communautés villageoises accompagnées de morts d’hommes à l’aide des armes blanches et des armes à feux. Ainsi que l’appel et incitations à la désobéissance civile, etc. “Toutes choses répréhensibles et punies par la loi en Côte d’Ivoire”, prévient-il. Léon Oga a précisé que dans la zone de Songon, à l’ouest d’Abidjan, ce sont 9 villages sur 20 qui sont gouvernés par les Tchagba. Dans la zone Bidjan, dans les villages communaux d’Abidjan, 7 villages sur 20 sont dirigés par les Tchagba. Et dans la zone Kwè, dans la région de Bingerville, au nord-est d’Abidjan,  11 villages sur 20 sont gérés par les Tchagba.

Selon les us et coutumes en pays Atchan, il y a 4 générations qui sont les Gnando, les Dougbo, les Tchagba et les Blessoué. Chaque génération est composée de 4 classe d’âge qui sont les Djéhou, les Dongba, les Agban et les Assoukrou. Chaque génération dirige le village selon un nombre d’année déterminé.

Le président de la Fédération Atchan-Dougbo, Joseph Yama Djro, le président du Collectif des chefs de villages Atchan, Honoré Agbo, chef du village d’Adjamé Bingerville, et bien d’autres chefs ont pris part à la cérémonie.

Gomon Edmond

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart