Diplomatie ivoirienne/Marcel Amon Tanoh : « Plus de 24000 passeports diplomatiques ont été délivrés depuis 2012 »

Vues: 519
Lecture: 2 minutes

Le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh a révélé devant les députés, le mardi 12 novembre que « Plus de 24000 passeports diplomatiques ont délivrés en Côte d’Ivoire depuis 2012».

Il répondait ainsi à une requête d’un député qui plaidait pour un passeport diplomatique pour les députés à la retraite. Selon lui, plusieurs anciens députés souffrant de maladies chroniques, ont besoin de se rendre parfois en occident pour des soins. Une exigence qu’ils éprouvent beaucoup de difficultés à satisfaire en raison des conditionnalités d’obtention des visas de certains pays.

Le chef de la diplomatie ivoirienne a expliqué la délicatesse de la question en soulignant que certains partenaires interpellent la Côte d’Ivoire sur  les chiffres de passeports diplomatiques en circulations. Marcel Amon Tanoh a reconnu que ces chiffres sont exorbitants. Il a indiqué qu’en France les ambassadeurs à la retraites n’ont pas le passeport diplomatique. Le commissaire du gouvernement a fait comprendre le chef de l’Etat dans les cas exceptionnels peut déroger et demander qu’un passeport soit délivré à un citoyen.

Relativement aux privilèges et immunités diplomatiques, Marcel Amon Tanoh a indiqué cela ne donne guère la latitude  aux diplomates de transgresser les lois nationales. A cet égard, il a expliqué avoir « enjoint » le chef d’une mission diplomatique de s’acquitter de ses arriérés de loyers, au risque de se retrouver de devant les tribunaux pour loyers impayés. Une situation s’est passée pendant que Marcel Amon Tanoh était directeur de cabinet, à la présidence de la République.

Le patron de la diplomatie ivoirienne a présenté quatre projets de loi devant la commission des relations extérieurs. Il s’agit du projet de loi autorisant le président de la République à ratifier le Traité de Marrakeck visant à faciliter l’accès des aveugles, des déficients visuels et des personnes ayant d’autres difficultés de lectures des textes imprimés aux œuvres publiées ; le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier le Traité révisé de la Conférence internationale de la prévoyance sociale (CIPRES), signé le 14 février à Abidjan ; le projet de loi autorisant le président de la République à l’accord sur les privilèges et immunités du Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le paludisme, signé le 4 juillet 2019 et le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier la Charte la Reconnaissance culturelle africaine.

Ces quatre textes ont été adoptés à l’unanimité des membres de la commission.

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart