Amadou Gon Coulibaly en compagnie de la directrice financière de la Banque mondiale, Anshula Kant

Economie/Marché financier: Les professionnels en conclave sur le financement de l’économie en Afrique de l’ouest

Vues: 263
Lecture: 2 minutes

Le président du Conseil des ministres de l’Union monétaire ouest africaine, Romuald Wadagni, ministre béninois de l’Economie et des Finances demande une réforme du secteur du marché financier en vue de plus d’attractivité pour les investissements dans la Cedeao.

C’est l’appel qu’il a lancé, ce lundi 10 février 2020, à Sofitel hôtel ivoire d’Abidjan-Cocody, à la cérémonie solennelle d’ouverture de la  Conférence internationale sur le développement des marchés financiers dénommé Joint capital market (J-CAP).

C’est à dire le Programme conjoint de développement des marchés financier initié par la Banque mondiale de concert avec le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (Crepmf), Autorité des marchés financiers de l’Umoa.

“Investir pour la croissance” est le thème général de cette conférence qui prend fin ce mardi 11 février 2020. “N’est-il pas nécessaire d’aller vers un marché harmonisé?…Comment faire pour diversifier la base des émetteurs? Les investisseurs cherchent des opportunités. Que doit-on faire pour les attirer?”, s’interroge-t-il.

Les réformes engagées depuis juste un an, visent à permettre,selon lui, une réduction des délais d’émissions de titres assortie d’une meilleure planification des émissions de titres souverains et d’une disponibilité des titres en un temps record sur le marché secondaire.

Pour renforcer l’attractivité et la robustesse du marché tout en luttant contre la prolifération des appels irréguliers à l’épargne public observés ces dernières années des chantiers ont été identifiés comme prioritaires au titre de l’année 2020 notamment. Il s’agit selon le président du conseil des ministres de l’Umoa, de la mise en place d’un fonds de protection des épargnants et l’élaboration d’un dispositif de sanctions des infractions boursières.

Romuald Wadagni s’est réjoui de ce que la contribution du marché financier régional dans le financement des économies de l’Union se conforte d’année en année franchissant pour la première fois la barre symbolique de 1 500 milliards de FCFA de levée de ressources au titre de l’année 2019 après le cap de 1 000 milliards de FCFA dépassé depuis 2016.

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, représentant le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, président des chef d’Etat de l’Uemoa propose de favoriser une plus grande disponibilité de l’information financière pour tous les investisseurs; réduire les coûts et les délais d’obtention de visa et de cotation pour les émetteurs et les coûts d’accès au marché pour les investisseurs et consolider le marché des titres publics par syndication.

Il dit compter sur les recommandations qui seront pris en compte par les Etats en vue du développement du marché financier régional dans le but de lutter contre la pauvreté.

Selon le Fonds Monétaire International (FMI),  la Côte d’Ivoire, a réalisé un taux de croissance économique annuel moyen de 8 % sur la période 2012-2018.  Le taux d’épargne dans ce pays s’établit à 20 % du PIB en 2018. En 2019, l’activité économique de l’Union enregistrait un taux de croissance de 7%, dans un contexte de stabilité des prix. Le taux d’inflation se maintient en dessous de 1%, en liaison avec le bon approvisionnement des marchés en produits de grande consommation dans la plupart des Etats membres.

L’UEMOA créé il y a 25 ans aujourd’hui est un espace communautaire de plus de 3,5 millions de km2, abritant plus de 120 millions d’habitants.

Gomon Edmond

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart