Election 2020 /Dr Christophe Kouamé : «Les Ivoiriens ont peur…»

Vues: 208
Lecture: 2 minutes

Le président de CIVIS-CI, Dr Christophe Kouamé a déclaré relativement au scrutin de 2020 que « Les Ivoiriens ont peur ; ils ont besoin d’être rassurés ». C’était le mercredi 5 février, à un panel initié par le National democratic Institute (NDI), la structure américaine pour la promotion de la démocratie, à l’Américain Space, sise à Cocody. Il a expliqué que l’information est cruciale pour des élections apaisées en octobre prochain. « Là où il n’y a pas la transparence, il y a la suspicion », dira-t-il et de poursuivre « l’enjeu des prochaines élections, je ne crois pas que ce soi un problème de technicité ». Dr Christophe Kouamé a ajouté que même si la CEI est compétente au niveau de l’organisation du scrutin, elle ne peut en aucune manière se permettre de pêcher dans la communication.

Le président Kouamé préconise que chaque acteur à son niveau joue le rôle qui lui incombe. Ainsi les organisations de la société civile doivent-elles s’engager pour amener les électeurs ivoiriens à faire le bon. Un choix objectif qui tient compte des propositions des candidats et non pour ce qu’ils sont. Les électeurs, en l’occurrence les représentants de candidats doivent être formés sur les pratiques électorales. Entre autres rudiments, la rédaction d’une procédure de plainte. Le responsable de CIVIS-CI  a fait savoir que sa structure initie séances des sessions dans ce sens à l’endroit du grand public.

Le vice-président de la Commission électorale indépendante, Koné Sourou s’est voulu plutôt rassurant. Réagissant aux propos de Christophe Kouamé il a indiqué que la CEI est à pied d’œuvre pour trouver le mécanisme qui convienne afin que ses messages atteignent la masse. Toutefois,  il a fait remarquer que cette mission d’information est également l’affaire des partis politiques et candidats. Il a illustré ses dires avec la marge des bulletins nuls dans les votes en Côte d’Ivoire. C’est la preuve selon lui que les Ivoiriens ne savent pas voter.  « Quand on compare le nombre de bulletin nul avec des pays comme le Sénégal, c’est un scandale », a-t-il affirmé.

Koné Sorou a expliqué que la CEI prépare activement les élections et que bientôt, elle lancera la révision de la liste électorale.

Plusieurs intervenants ont exprimé leurs inquiétudes en émettant des réserves sur les assurances données par Koné Sorou.

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart