Face aux dénonciations de l’arrimage Cmu-Mugefci: Mesmin Komoé promet que « l’ensemble des difficultés va être résorbé »

Vues: 125
Lecture: 2 minutes

Mesmin Komoé, président du Conseil d’administration de la Mutuelle général des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) a promis dans une intervention jeudi dernier à la télévision nationale, de résorber « l’ensemble des difficultés » dénoncé par les syndicats de fonctionnaires dans l’arrimage Couverture maladie universelle (Cmu) et la Mugefci.

« Chers mutualistes, face à toutes ces difficultés que vous avez la MUGEFCI a mis en place une équipe de techniciens à l’effet d’adresser toute ces difficultés et de proposer des solutions ». « Certaines sont immédiates et ont déjà commencé à rentrer en vigueur, d’autres prendrons quelques jours mais en tout état de cause l’ensemble de ces difficultés va être résorbé », a-t-il assuré.

Mesmin Komoé, qui ne nie pas les difficultés dénoncées, a par ailleurs promis d’aller au-delà d’un traitement symptomatique. La Mugefci selon lui, entend s’atteler « à une recherche de solution durable qui garantira la pérennité de notre mutuelle et assurera des prestations de qualité ».

En outre, avant la tenue de la prochaine l’Assemblée Générale de la Mugefci qui va ce déroulé en ce mois de décembre, Mesmin Komoé annonce l’ouverture d’une « large journée de concertation avec l’ensemble des mutualistes en activité comme à la retraite ».

Le président du Conseil d’administration de la Mugefci, a profité pour expliquer les trois raisons qui ont poussé la mutuelle à s’arrimer avec la Cmu.

La première, « c’est que nous souhaiterions offrir à l’ensemble des mutualistes (…) une prise en charge complète incluant les consultations médicales, les analyses médicales, les hospitalisations avant d’arriver aux médicaments ». Ce que n’offrait pas selon lui, le régime de base de la Mugefci qui n’offrait que les médicaments.

La deuxième raison « (…) est de maintenir la solidarité mutualiste acquise depuis à peu-près 46 ans de sorte que cette solidarité mutualiste puisse venir compléter le régime de base de la Cmu et que les prestations qui ne seraient pas dispensées par la Cmu puissent continuer à l’être au niveau de la Mugefci ».

La troisième raison « (…) était la mutualisation de nos cotisations pour que les mutualistes qui sont dans les ménages à faibles revenus ne sentent pas fortement l’effet de cette nouvelle cotisation relativement à l’environnement nouveau. Parce que le principe mutualiste est que chacun cotise en fonction de ces moyens mais reçoit en fonction de ces besoins ».

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart