M. Koné Diakaridia, directeur général de l'Office national de l'état civile et de l'identification (Oneci)

Identification et sécurité des personnes en Côte d’ivoire : L’Oneci annonce un numéro unique à vie par individu

Vues: 127
Lecture: 2 minutes

Les populations vivantes en Côte d’ivoire vont avoir, à partir du mois  de janvier prochain, un numéro national d’identification (Nni). Un numéro unique qui sera à vie et qui va impacter tous les actes politiques, économiques et sociaux qui seront  posés.

C’est ainsi que M. Konaté Diakaridia, directeur général de l’office national de l’état civil et de l’identification de Côte d’ivoire (Oneci) ex- Office national d’identification (Oni), a présenté le nouvel dispositif des personnes contenu dans le registre national de personnes physiques (Rnpp). C’était samedi 30 novembre dernier  au cours d’un séminaire de formation des hommes et des femmes de médias, au Plateau. « Il ressort des différentes crises survenues en Côte d’ivoire depuis 1990, que la question de l’identité est au cœur des préoccupations », a-t-il, diagnostiqué.

En fait, il s’agit d’un système, jure M. Konaté Diakaridia, qui va révolutionner le quotidien des populations.  En effet, selon le décret numéro 2018-454 du 9 mai 2018 relative au Rnpp, « le Rnpp est exclusivement connu de l’UNESCO et de la personne concernée ». Et «est exigé pour l’accomplissement des actes de la vie civile ». Le Nni sera sur la nouvelle carte nationale d‘identité (Cni) qui sera délivrée selon Mme Keita Nada, responsable du volet titre d’identification à l’Oneci, 45 jours après la demande soit en ligne ou dans l’un des 509 centres d’enrôlement qui seront déployés sur le territoire national.

Le Rnpp concerne selon M. Konaté Djakaridja, toutes les personnes vivantes ou de passage en Côte d’ivoire. En effet, elle va  traiter 25 types de données (nom et prénom, sexe, date et lieu de naissance, de décès, la nationalité, les données biométriques, les données des réfugiés, de la naturalisation, des flux migratoires, du séjour des étrangers, de la situation administrative des étrangers…

Le Rnpp pour être mis en place a d’abord été précédé par un état des lieux. Notamment sur l’état civil. A ce sujet, M. Affessi Affessi, responsable du projet état civil, a conclu à un état civil faible en termes de déclaration des naissances et « loin de la population ». 7 à 10 km voire 15 km, c’est la distance qu’il faut parcourir pour faire une déclaration de naissance, selon lui.

En 2018, le taux de déclaration des naissances était de 72,4%, à en croire M. Affessi Affessi. Pour corriger cette insuffisance, il a été mis en place, une stratégie nationale de l’état civil et de l’identification ( Sneci) qui comprend six axes.

Pour faire, ce travail de modernisation de l’état civil ivoirien, il va falloir mobiliser 460 milliards de fcfa selon M. Affessi Affessi sur 10 ans.

Les responsables de l’Oneci sont formels. Si le Rnpp avait été mis en place plutôt, les auteurs de l’attentat de Grand-Bassam, auraient été identifiés. Selon M. Coulibaly Abdramane, responsable du projet flux migratoires, toute personne qui prendra contact avec les 53 postes frontaliers de la Côte d’ivoire sera immédiatement à l’enrôler et l’identifier avec toutes ses données biométriques. « Ceux qui passeront par d’autres voies détournées, seront contraints de se faire identifier parce que sans le Nni, ils ne pourront pas avoir accès aux services délivrés par l’Etat », a-t-il tenté de rassurer.

Avec Rnpp, le directeur général de l’Oneci est convaincu que l’économie ivoirienne sera boosté parce que l’identité des personnes sera certifiée

Coulibaly Zié Oumar

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart