Intégration sous-régionale: La radio de la CEDEAO arrive

Vues: 298
Lecture: 2 minutes

  Œuvrer en faveur de l’intégration régionale et de la citoyenneté ; promouvoir l’éducation et l’information des populations de la communauté ; mener des actions de sensibilisations sur les institutions de la CEDEAO, ses organes, ses programmes et ses projets ; promouvoir le respect de la diversité culturelle au sein de la communauté ; contribuer au renforcement de la paix, de la sécurité, du développement durable et de la démocratie. Ce sont quelques missions de la radio de la CEDEAO qui verra le jour dans quelques mois. Elles ont été déclinées par Dr Zouli Bonkoungou, commissaire chargé des télécommunications et des Technologie de l’information de la CEDEAO, le lundi 9 décembre, à la réunion des ministres en charge de l’Information des Etats membres, à la représentation de l’organisation sous-régionale, à Abidjan.

Il a expliqué que l’information est une « clé » pour le développement. D’où l’importance d’une radio pour appuyer les actions de la CEDEAO. Dr Zouli Bonkoungou a rappelé la rencontre des 4 et 5 septembre 2018, à Monrovia qui a examiné le projet de plan d’opérationnalisation de la radio régional. Celle-ci, suivi les 29 et 30 mai, à Lomé d’une autre rencontre consacrée aux coûts de fonctionnements et d’investissements de la radio régionale.

Habi Mahamadou Salissou, ministre de la communication du Niger a souligné que jusque-là, « l’un des principaux obstacles aux efforts d’intégration de notre organisation commune est la faible connaissance, par les citoyens eux-mêmes, de l’action de la CEDEAO ».   A telle enseigne que pour lui, mener des actions ou faire des réalisations ne suffisent plus pour la CEDEAO. « Nos Etats se sont ainsi engagés résolument à promouvoir et à soutenir la création d’une station de radiotélévision de la CEDEAO. En attendant cela, la CEDEAO dispose désormais, d’une radio basée à Monrovia. Cette radio faut-il le rappeler, a été transférée à la CEDEAO, le 23 mars 2018, par l’ex-Mission des Nations-Unies au Libéria…Il est impératif que tous les membres de notre communauté œuvrent pour une meilleur appropriation de cette radio », a-t-il affirmé. Le ministre nigérien a  précisé qu’il s’agit à cette rencontre d’Abidjan d’examiner et valider le rapport final de la deuxième réunion puis de formuler des recommandations à soumettre aux instances statutaires de la CEDEAO. Le ministre ivoirien de la communication a abondé dans le même sens en estimant que cette radio est aujourd’hui incontournable dans le paysage audiovisuel national. « Elle servira de socle à la consolidation des acquis dans le domaine de la communication dans notre espace Communautaire, la Côte d’Ivoire ne peut qu’adhérer à ce projet fédérateur », a laissé entendre, Sidi Tiémoko, Touré.

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart