Lancement opération Epervier 5: Le ministre Vagondo Diomandé promet l’enfer aux bandits

Vues: 246
Lecture: 2 minutes

Les bandits et les gnambros (bras droit en malinké) ou coxeurs vont passer un sale temps dans les prochains jours.

En effet, cet après-midi, à l’espace Ficgayo à Youpougon (dans le nord d’Abidjan), le nouveau ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général de corps d’armée Vagondo Diomandé a promis l’enfer aux bandits de l’ensemble de la Côte d’Ivoire notamment ceux d’Abidjan.

Il a tenu un langage de fermeté au cours de la cérémonie de lancement de l’opération de sécurisation « Epervier 5 » de la Côte d’Ivoire. Précisément, à l’endroit des potentiels fauteurs de troubles.

« (…) Populations de Côte d’Ivoire, les forces de défense et de sécurité sont déterminées à vous protéger de toutes les menaces de sécurité intérieure », a affirmé d’emblée le général de corps d’armée, en treillis et coiffé d’un béret rouge.

Puis d’ajouter que « chaque centimètre carré des 322.462 mètres carrés de notre territoire sera crânement protégé et défendu par les femmes et les hommes engagés sous le drapeau pour assurer votre sécurité ».

Enfin, le nouveau ministre de la sécurité a conclu ses propos par cette mise en garde : « ils ne laisseront aucun répit aux individus mal inspirés qui tenteront de semer l’insécurité ! ».

De son côté, le contrôleur général Kouyaté Youssouf, directeur général de la police nationale, a précisé dans son discours d’opérationnalisation des instructions du ministre de la sécurité, que l’opération “Epervier 5“ sera spécifiquement axée sur la traque des gnambros à Abidjan.

L’assassinat du gendarme, Gnaly Anderson le dimanche 25 août dernier à Yopougon “lavage“ par des gnambros est à l’origine de ce tour de vis sécuritaire.

C’est dans la même veine que le maire de la commune de Yopougon, Koné Kafana a annoncé la prise d’un arrêté municipal portant interdiction d’exercer sur son territoire communal des wôrô-wôrô inter-communaux.

Est-ce la fin d’un cycle ? Attendons de voir.

 

Didier Kéi

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart