Le Mouvement des démocrates de Côte d’Ivoire (LDCI)/Séraphin Prao Yao (Pdt) : « Nous voulons assurer dans la paix et la stabilité, la prospérité des Ivoiriens »

Vues: 29
Lecture: 2 minutes

Une rupture dans le paysage politique ivoirien, emprunte aux principes de la démocratie, et qui prône la paix, la stabilité et la prospérité. C’est l’ambition de Séraphin Prao Yao, professeur agrégé de droit, en lançant, le samedi 10 octobre dernier, à l’hôtel Le Capitol, Le mouvement des démocrates de Côte d’Ivoire (LDCI). « Notre ambition est d’assurer, dans la paix et la stabilité, la prospérité des Ivoiriennes et des Ivoiriens ». Il a expliqué que la prospérité passe par le libéralisme social qui trouve son ancrage dans une société solidaire. Il pense que, ce système caractérisé par une politique sociale des plus hardies, viendra rectifier les injustices, notamment celles devant la maladie, l’éducation, la culture et les disparités régionales. Toute chose qui passe nécessairement par « la mise en place d’une réconciliation véritable, fruit d’un large consensus qui libère les énergies et veille à ce qu’elles n’entrent pas en conflit ».

Le mouvement des démocrates de Côte d’Ivoire (LDCI) s’engage à garantir les valeurs fortes comme, la liberté, la solidarité, l’égalité des chances, la responsabilité partagée, le respect des différences, le respect de l’environnement, le travail, la discipline, l’Etat de droit, l’esprit d’initiative, l’esprit d’entreprise.

Séraphin Prao propose la restauration du processus démocratique ; Notamment, par l’adoption d’une nouvelle Constitution ; la construction d’une armée et d’un service de sécurité au service de tous. « L’armée ivoirienne est profondément divisée. On se pose toujours la question de savoir s’il existe une armée en Côte d’Ivoire dans le sens d’une armée unie et prête à faire face à une attaque extérieure. Les nominations sont devenues fantaisistes à tel point que l’indiscipline est devenue la règle au sein de l’armée. Une armée a ses codes, ses langages et ses pratiques. La place de l’armée est historique et stabilisatrice d’une nation. Elle doit rassurer le peuple sur le plan sécuritaire de la région. Le peuple a besoin de la paix pour vaquer à ses activités », expliquera le professeur agrégé.

Séraphin Prao ambitionne également d’approfondir la politique de décentralisation pour rapprocher les populations de l’administration. « Les régions auront de très larges pouvoirs, tandis que le gouvernement central se consacrera aux domaines stratégiques de l’action politique », dira-t-il, et de poursuivre : « Nous proposons une politique de provincialisation qui consistera à donner plus d’autonomie aux régions. On ne peut pas faire de la décentralisation en transformant des entités décentralisées en entités déconcentrées. Il s’agit pour nous de décentraliser au maximum le pouvoir et les décisions pour permettre au peuple de se prendre en charge à la base. Les régions deviendraient des provinces avec des gouverneurs de province et des ministres résidents », a-t-il soutenu.

                                                            César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart