Normes internationales sur la bonne gouvernance: Le comité miroir de la Côte d’Ivoire installé

Vues: 263
Lecture: 2 minutes

La Haute autorité pour la bonne gouvernance (Habg) va présider le comité miroir pour les normes internationales sur la bonne gouvernance. Mercredi, à son siège à la Riviéra 3, elle a abrité la réunion pour l’installation de ce comité voulu par l’organisation internationale de normalisation (Iso) dans laquelle la Côte d’Ivoire est membre.

Selon Dr. Traoré Bakari, directeur de cabinet du président de la Habg, ce comité qu’il va présider comporte 20 personnes (qui en fait représentent des structures étatiques ou des ong). « Notre rôle est de faire en sorte que toutes les préoccupations liées à la bonne gouvernance soient prises en compte afin qu’elles soient elles-mêmes prises en compte dans la norme internationale qui va être élaboré », a-t-il affirmé.

Pour lui, « Iso a jugé utile de mettre tout le monde d’accord en mettant en place des lignes directrices à mettre à la disposition des organisations pour bien apprécier la question de la bonne gouvernance. En tant que membre de l’Iso, la Côte d’Ivoire doit mettre en place un comité miroir pour participer à ses travaux qui vont avoir lieu au niveau international ».

Concrètement, il s’agit de réunion d’experts dans le domaine de la bonne gouvernance pour édicter des normes internationales. Par exemple, il y a deux normes déjà rédigées sur le système de management de la compliance (Iso 19600) et l’Iso 37001 qui définit des exigences et fournit des préconisations pour l’établissement, la mise en œuvre, la tenue à jour, la revue et l’amélioration d’un système de management anti-corruption. Est-ce que ces normes sont d’application obligatoire ? « En matière de normalisation, il faut toujours retenir une chose. La norme par définition est d’application volontaire », a répondu Dr. Traoré. Toutefois, il peut y avoir des domaines tels que la sécurité, l’économie, la santé où « on peut rendre une norme d’application obligatoire. En ce moment, elle va devenir un règlement technique au niveau national ».

« Au niveau international, les normes qui sont faites par Iso ne sont pas d’application obligatoire. Mais, ce qui va se passer, c’est qu’il va y avoir des normes pour lesquelles il va avoir des systèmes de certification. Donc, si vous n’avez pas la certification, vos partenaires vont progressivement vous laisser tomber », a-t-il poursuivi.

Selon M. Constant Boka, directeur général de Codinorme, présent à la rencontre, le secrétariat du comité sera assuré par sa structure qui est en charge de l’élaboration des normes dans tous les secteurs d’activité en Côte d’Ivoire.

 

Coulibaly Zié Oumar

 

 

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart