Nuit du Maoulid 2019 : Les Imams dénoncent la corruption en Côte d’Ivoire

Vues: 182
Lecture: 2 minutes

Le Conseil supérieur des Imams (Cosim) a une fois de plus dénoncé la corruption en Côte d’Ivoire. C’était par la voix de son président Cheick Al Aïma Bouakari Fofana, dans la nuit du  samedi 9 novembre 2019, à la grande mosquée de la Riviera golf, à Abidjan-Cocody, lors de la commémoration de la naissance du prophète Muhammad ou la Nuit du Maoulid. Ce en présence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et des membres de son gouvernement. Ainsi que des présidents d’institutions, des ambassadeurs, des personnalités, etc.

“L’éducation et la moralisation de la vie publique, facteurs de paix durable” était le thème de la nuit. La lutte contre la corruption dans l’Administration ivoirienne, dans vie économique, etc. au dire du Cheick Bouakari Fofana devait constituer une priorité des Ivoiriens en vue d’une société avec des individus assez corrects. Ce pour permettre à la Côte d’Ivoire d’être stable et aller de l’avant. Tout le monde, selon le patron des Imams, dénonce la corruption mais aucun citoyen dans les faits pose des actes dans le sens de la moralisation de la société ivoirienne. Cheick Bouakari Fofana a pris l’image selon laquelle auparavant, en Côte d’Ivoire, lorsqu’un individu vol de l’argent, cet acte faisait l’objet de honte. Mais aujourd’hui, le vol est devenu un acte banal qui fait partie des moeurs des Ivoiriens. C’est à juste titre que le président du Cosim estime qu’il faut prendre des mesures sévères pour lutter contre la corruption en Côte d’Ivoire. “La lutte contre la corruption ne doit pas être seulement l’affaire du gouvernement”, a-t-il déclaré. Le Cosim, en tout cas, a-t-il promis, s’engage dans la lutte contre la corruption, à travers la sensibilisation, parce que le fléau constitue une entrave au développement de la Côte d’Ivoire. Aussi, Cheick Bouakari, exhorte-t-il, les Ivoiriens, à cultiver le goût de l’effort pour mériter le fruit de leur travail. “Nous devons changer de mentalité en vue de la moralisation de la vie publique dans le pays. Aussi, devons nous nous engager à ne pas emprunter la voie du raccourci… Aidons nous avant que Dieu ne nous soutienne”, recommande-t-il.

Le porte parole du chef de l’Etat, Sidiki Diakité, ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, a mis l’accent sur la sensibilisation au respect des valeurs citoyennes et du civisme. Chaque citoyen, selon lui, doit être un modèle. Non sans renforcer la culture du vivre ensemble. Pour Sidiki Diakité, il faut donner l’exemple aux jeunes en vue de forger des citoyens de demain. Il demande aux Imams de prier davantage pour la Côte d’Ivoire en vue d’une stabilité surtout pour des élections apaisées qui ont lieu dans un an.

Pr Yahaya Karamoko, conférencier principal, professeur titulaire en biologie cellulaire, Imam de l’université Félix H. Boigny de Cocody, a dit, entre autres, qu’il faut beaucoup de volonté et de courage pour la moralisation de la vie publique en Côte d’Ivoire. Pour lui, il faut magnifier les valeurs du travail dans la justice et l’équité.

Gomon Edmond

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart