Opération « Un jour, je plante un million d’arbres »: L’ambitieux projet de reconquête de la forêt en Côte d’Ivoire

Vues: 94
Lecture: 2 minutes

Mobiliser 616 milliards de FCFA (près d’un milliard d’euros) pour financer sur la période 2020-2030 la nouvelle stratégie forestière en Côte d’Ivoire. Ce pari du gouvernement ivoirien, Alain Richard Donwahi, le ministre en charge des Eaux et Forêts l’a rappelé, le vendredi 15 novembre, au lancement de l’opération « Un jour,  je plante un million d’arbres », à Koumassi.

Une initiative en marge de la commémoration de la Journée nationale de la paix. Il a indiqué qu’en Janvier 2020, une table ronde sera organisée à l’effet de recueillir le soutien des partenaires  pour la mise en route de ce projet. Le ministre  a expliqué que la nouvelle politique forestière ivoirienne destinée à recouvrer « six millions d’hectares en 2030 et huit en 2045 », englobe la réhabilitation, le reboisement et l’agroforesterie pour utiliser moins de terre.

Ahmed Bakayoko, ministre de la défense représentant le Premier ministre a insisté sur la nécessité de sensibiliser les populations à l’enjeu de la protection de la forêt. « Il faut arriver à faire comprendre à l’africain ce que nous faisons », dira-t-il. Et de poursuivre, « il est important que nos populations aient un mode de vie écologique ».

Plusieurs personnalités parmi lesquelles, l’icône du football ivoirien, Didier Drogba, ont planté un arbre. «Les chiffres (de la destruction) sont effarants. Je suis fier de contribuer à la reforestation de la Côte d’Ivoire par la sensibilisation », s’est réjoui Didier Drogba.  «Mondialement on lutte contre la déforestation: c’est reboiser, garder la forêt intacte, sauver la planète… et le consommateur européen est plus désireux qu’auparavant d’acheter des produits qui ne contribuent pas à la déforestation, contrairement à la culture du cacao », a rappelé Jobst von Kirchmann, l’ambassadeur de l’UE en Côte d’Ivoire

Premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, la Côte d’Ivoire, qui comptait 16 millions d’hectares de forêts dans les années 1960, a vu leur superficie fondre à deux millions d’hectares.

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart