Panel de l’UE sur la Paix en Côte d’Ivoire /Toh Bi Irié : « Ce sont les gouvernants qui doivent offrir les conditions de la paix »

Vues: 39
Lecture: 2 minutes

L’ancien préfet d’Abidjan, Toh Bi Irié a déclaré, le vendredi 9 octobre, à un Panel sur la paix initié conjointement par l’Union européenne et la Fondation Magic système, à l’Institut français, au Plateau, «Ce sont les gouvernants qui doivent offrir les conditions de la paix en prenant des lois et en faisant des concessions ». L’administrateur entendait là souligner, la responsabilité des dirigeants dans la paix dans un pays. Une façon sans doute pour le préfet hors hiérarchie, d’interpeler le pouvoir ivoirien par rapport aux menaces liées à la tenue du scrutin du 31octobre. Toh Bi Irié n’écarte pas pour autant, les autres acteurs, au nombre desquels les opposants. « Cela est pareille pour les responsables de l’opposition », a-t-il affirmé, avant de dire que « la paix, c’est la cohésion sociale ».

Jobst Von Kirchmann, l’ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire a exposé l’expérience européenne qu’il a présentée comme un projet qui a été construit au fil du temps, malgré tous les défis qui jalonnaient le chemin. Le diplomate a expliqué qu’au lendemain de la seconde guerre la reconstruction se présentait comme un ouvrage difficile étant donné que la division s’était incrustée dans la vie. « La guerre a séparé et c’était difficile », relèvera-t-il. Aussi, de cette situation, les uns et les autres ont-ils déduit la nécessité de recoller les morceaux pour aller de l’avant. « On a dit, il faut voir ce qui rassemble », a-t-il souligné. Jobst Von Kirchmann a soutenu à la lumière de cette expérience que la paix est la base de tout développement.

Traoré Salif dit A’salfo, lead vocal du groupe Magic Système s’est appesantie sur l’apport de la musique dans la construction de la paix et la cohésion sociale. « La musique rapproche. Nous pouvons profiter du canal de la musiquer pour rapprocher mais il faut ne faut pas trahir. Il y aura toujours des divergences, mais nous allons continuer à travailler dans ce sens », a promis l’artiste. Pour sa part, Mme Soro Camara, responsable du Wanep-Côte d’Ivoire a insisté sur le rôle prédominant de la jeunesse dans la préservation de la paix. Un point de vue qu’elle justifie par la frange importante de la jeunesse dans la population ivoirienne. « Si les jeunes disent non à la guerre, il n’y a personne pour faire la guerre », a-t-elle martelé. Et d’inviter les jeunes à s’engager pour garantir et préserver leur futur.

Ces différentes interventions auxquelles s’ajoutent celles de Philippe Poinsot, coordonnateur résident du système des Nations  unie en Côte d’Ivoire et Ibrahim Diabaté coordonnateur du projet paix et sécurité de l’Onu ont été suivi de débats enrichissants.

Ce panel vise à contribuer à, la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire, à travers l’engagement des acteurs culturels, sportifs et des jeunes.

                                                              César Ebrokié    

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart