Pascal Affi N’Guessan sur NCI : « Les élections ne peuvent pas se tenir le 31 octobre»

Vues: 13
Lecture: 2 minutes

Le président du Front populaire ivoirien (FPI) candidat à la présidentielle du 31 octobre, a déclaré le mardi 13 octobre, sur les antennes de la Nouvelle télévision de Côte d’Ivoire (NCI) que « Les élections ne peuvent pas se tenir parce  qu’il n’y a pas de CEI ». Le président de l’Alliance des démocratiques (AFD) a soutenu que la commission électorale, dans sa configuration actuelle, loin d’être indépendante, est plutôt un organe inféodé au RHDP. « La CEI est démembrement du RHDP », a-t-il martelé, en réponse à une question de l’animateur de l’émission Sans réserve.  A cet égard, et pour illustrer ses propos, il a relevé que la commission centrale de la CEI ne comprend que des représentants du parti au pouvoir et quelques représentants de la société civile qui ont décidé d’accompagner ce projet. De même, les commissions locales sont entièrement contrôlées par le pouvoir.  «  On veut nous conduire à des élections à des élections organisées par le RHDP » a-t-il avancé.

L’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo a indiqué que la désobéissance civile est légitimée par l’arrêt de la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples qui fait injonction  au gouvernement ivoirien de mettre en place une CEI dans laquelle est représentée toutes les sensibilités politiques et qui répond aux standards internationaux. La Côte d’Ivoire qui est Etat partie de cette charte refuse de s’exécuter. Ainsi, Pascal Affi N’Guessan estime  que la désobéissance civile est une invite au dialogue.

Le président du Conseil régional du Moronou s’explique mal, le refus du pouvoir de discuter. « Dans un pays qui a connu autant de division comme la Côte d’Ivoire, on ne peut pas faire l’économie d’un dialogue inclusif » s’est-il plaint avant  de poursuivre « s’il n’y a pas de dialogue, il n’y aura pas d’élection ».Le président Affi a tenu à souligner que la désobéissance civile  n’est guère une insurrection. « La désobéissance civile peut prendre toutes les formes. Ça peut-être un sit-in. Les populations peuvent être invitées à ne pas payer les impôts », a-t-il fait savoir.

Sur la crise Au FPI, le président Affi N’Guessan a dit son optimisme quant à la normalisation de la situation. A cet effet, il a rappelé que le samedi 10 octobre dernier les responsables du FPI se sont retrouvés ensemble au meeting au stade Félix Félix Houhouët.

                                                                                                                                              César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart