Pour protester contre le forcing du gouvernement: Le FPI refuse d’intégrer la CEI en l’état

Vues: 110
Lecture: < 1 minute

Le Front populaire ivoirien (FPI) n’intégrera pas la nouvelle commission électorale indépendante (CEI). En tout cas, tant qu’elle reste en l’état. Il n’entend donc pas proposer de représentant comme le lui demande le gouvernement, qui lui a adressé un courrier dans ce sens. C’est la principale décision du secrétariat général du parti qui s’est tenu samedi dernier, à la résidence privée du président du parti à la Riviéra M’badon.

Selon les sources proches de la direction du parti bleu et blanc, cette décision vise à faire comprendre à l’exécutif, la nécessité de poursuivre les discussions jusqu’à l’obtention d’un consensus sur tous les points de désaccords enregistrés au cours premières discussions entre le gouvernement, la société civile et les partis politiques.

« Sur le principe, nous ne sommes pas contre l’entrée du parti à la CEI. Mais nous estimons qu’en l’état cette CEI ne pourra pas organiser des élections claires, transparentes, inclusives et démocratiques. La question de l’indépendance de la commission qui doit être le vrai maître du jeu électoral n’a pas été solutionnée.

La CEI, dans sa composition actuelle reste très déséquilibrée en faveur du pouvoir. Toutes ces questions doivent être réglées par le dialogue. Et le gouvernement doit poursuivre les négociations » a confié, sous couvert de l’anonymat, un responsable du parti qui a pris part aux échanges.

Toujours selon lui, le parti devrait très rapidement faire connaître sa position au gouvernement, après consultation de ses partenaires. Notamment ceux de la société civile et des partis politiques de l’opposition.

Le gouvernement a donné jusqu’au lundi 26 aout prochain, pour que toutes les parties prenantes fasse connaître les noms de leurs représentants.

 

Guillaume T. Gbato

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart