Renforcement des capacités/Francis Konan Djaha (UNHCR): “L’apatridie n’a rien à voir avec la politique”

Vues: 343
Lecture: < 1 minute

“L’apatridie est une question de droit l’homme qui n’a rien à voir avec la politique” Francis Konan Djaha, administrateur national de protection au HCR en Côte d’Ivoire, a instruit les populations d’Abobo Anokoua Kouté, sur le concept de l’apatridie, les 19 et 20 septembre à un atelier initié par l’ONG “hello for Africa” (HAP), à son siège, sise à Abobo. Il s’est évertué à expliquer dans sa communication, les causes et les conséquences de l’apatridie aux chefs de communauté présents.

Francis a fait savoir que l’apatridie est une réalité en Côte d’Ivoire quoique certaines personnes tentent de la nier. Il a expliqué qu’en zone rurale, nombreux sont les élèves qui sont sans extrait d’acte de naissance, parce que n’ayant pas été déclaré à la naissance par leurs parents. Ceux-la, a-t-il relevé, sont à risque d’apatridie. “L’apatridie, a-t-il fait savoir, est celui qui n’est reconnu par aucun Etat”.

Le spécialiste des questions de nationalité a souligné à l’aide d’exemples concrets les agissements de certaines personnes en milieu urbain qui les exposent à l’apatridie. Notamment l’établissement des papiers en dehors des circuits normaux. Aussi, a-t-il exhorté les uns et les autres à prendre attaches avec l’ONG pour faire en sorte que les situations soient régularisée.Dans ce sens, Francis Djaha a relevé que dans la nouvelle loi sur les déclarations de naissance, les dispositions ont été prises pour faciliter les choses.

Il a souligné que qu’apatridie est signe synonymes d’inexistence. D’où les nombreux désagrément que peuvent entraîner une telle situation.

Dibi N’guessan, président de l’ONG a justifier cette initiative par la volonté de sensibiliser les chefs de communauté diverses et multiples sur les dangers de l’apatridie.

 

César Ebrokie

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart