Rétropédalage au RHDP : Mabri et l’UDPCI s’alignent derrière Amadou Gon

Vues: 231
Lecture: 2 minutes

Revirement de situation au Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). A couteaux tirés avec Amadou Gon et une partie de la direction du parti depuis le 12 mars, date de la désignation de celui-ci comme le candidat du RHDP à la présidentielle de 2020, Albert Mabri Toikeusse, vient d’opérer un virage à 360°. Le samedi  dernier, au sortir d’une réunion de la direction du parti plusieurs décision été prises. La direction de l’UDPCI a réaffirmé l’appartenance de la formation au RHDP. En outre, elle a pris acte des résolutions du conseil politique du 12 mars qui a vu la désignation du Premier ministre comme le candidat de la coalition pouvoir en 2020. Et ce n’est pas tout ! La direction a décidé de conduire dans les meilleurs délais, une large consultation des militants  de l’UDPCI en vue d’une meilleure appréciation de la décision du Conseil Politique du RHDP du 12 mars 2020.
Il y a un  mois en arrière, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dénonçait la façon cavalière avec laquelle le RHDP  désignait son candidat. En plein conseil politique, la prise de position de Mabri Toikeusse avait été perçue par Amadou Gon comme une claque. Au point que dans le sérail du Premier ministre l’éviction du ministre du gouvernement était sur les lèvres.

Bien évidemment l’UDPCI n’est   pas  reste en marge de cette situation. Les pro-Mabri et les opposants s’affrontaient. Les opposants du parti, au nombre desquels, Albert Flindé, conseiller du Premier ministre ont ainsi initié plusieurs actions de soutien à Amadou Gon. Une façon de dire qu’au sein du parti tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde que Mabri Toikeusse. Mieux, cette position défendue par Mabri Toikeusse serait minoritaire. Du tac au tac ! Les pro-Mabri n’entendaient guère se laisser compter. Contrairement aux autres, ils étaient plutôt dans la posture de quitter le RHDP. Ils ont demandé de façon claire à leur mentor de se porter candidat à la présidentielle de 2020. C’est la mouvance de ces appels incessants d’une partie importante de la base des militants qu’intervient ce revirement de situation.

Tout porte à croire qu’Albert Mabri Toikeusse Abdallah qui pendant longtemps a manifesté son intention de briguer la magistrature suprême a abandonné ce projet pour se ranger derrière Amadou Gon. Est-ce vraiment le cas ? Si Oui quelle est la contrepartie ? L’avenir nous le dira.

César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart