Scrutin du 31 octobre /David samba (coalition des indignés) : « Alassane Ouattara vient  d’encaisser le coup KO du peuple de côte d’Ivoire »

Vues: 45
Lecture: 2 minutes

David Samba, président de la coalition des indignés se prononce ici le déroulement du scrutin du 31 octobre.

Notre Voie : Quel regard portez-vous sur la tenue du scrutin du 31 octobre ?

David Samba : Avant de parler d élections je voudrais m’incliner devant la mémoire de ces vaillants ivoiriens qui sont tués par la bande armée de Monsieur Ouattara. Prompt rétablissement aux blessés et mes sincères condoléances aux différentes familles éplorées. Après cette pseudo élection,  je pourrais dire félicitations au peuple de Côte d’Ivoire qui a suivi largement mot d’ordre de la désobéissance civile lancé par l’opposition. Et je pourrais ensuite dire que la communauté internationale sait désormais le poids politique de Ouattara qui s’exprime par le taux de participation qui varie entre 8 et 9 %. Il vient  donc d’échouer son passage en force.

Jamais dans l’histoire de notre pays une élection n’a été si déserte qui montre le taux le plus faible dans l’histoire de l’élection présidentielle en côte d’ivoire.

Le chef de l’État sortant, Alassane Ouattara a soutenu que le scrutin s’est bien déroulé. Qu’en dites-vous ?

Ce n’est pas étonnant de sa part. Mais pour moi la parole de M Ouattara, c’est une manière de gérer sa honte.  Sa réponse emprunte de colère face aux journalistes Français trahit des propos. Si tout c’était bien passé, il n’aurait pas appelé l’opposition à lever leur mot d’ordre de désobéissance civile. Alassane Ouattara vient  d’encaisser le coup KO du peuple de côte d’ivoire en paralysant tout le pays.

Le président de la Cei est allé dans ce sens

Le président de la CEI malheureusement est aux ordres de M. Ouattara.  Quelle autre attitude pourrait-il avoir si ce n’est de suivre son mandant. Quand tout se passe bien c’est un aéronef qui dépose les urnes ? Quand tout se passe bien c’est dans des brigades et commissariats que les élections se passent ? Heureusement que la presse internationale ne va pas le même sens que lui.

Comment voyez-vous la suite des événements ?

Apres une centaine de mort, le pays est dans une impasse dans laquelle, il faut en sortir très rapidement. Ouattara va vouloir conserver le pouvoir malgré le désaveu du peuple. Ce qu’il faut faire c’est de continuer la résistance,  d’autant plus que le pouvoir d’Abidjan a fermé toute voie de dialogue et de négociation. Il faut donc passer à une autre étape de cette lutte celle d’instaurer une transition pour que la vie reprenne correctement et la question de la réconciliation et des droits de l’homme soit au centre de tous les débats.

Ouattara c’est donc du passé et la vie  continuera. Mais cela ne fera pas facilement. Il faut redoubler d’efforts et tourner définitivement cette page sombre de notre pays.

Quel appel lancez-vous aux Ivoiriens ?

Nous devons redoubler d’efforts pour arracher la victoire des mains obscures. C’est vrai cela ne sera pas facile mais pas impossible. Nous sommes déjà aux portes de la liberté, quelques efforts et nous y sommes. Le peuple reste une force oui sans arme mais non sans force qui dévaste tout sur passe quand il est déterminé.

                                    Interview réalisée par César Ebrokié

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart