Sécurité des journalistes : Magistrats, journalistes et forces de l’ordre se parlent à Grand Bassam

Vues: 255
Lecture: < 1 minute

Des magistrats, des journalistes et des forces de l’ordre ont fait hier l’état des lieux sur la sécurité des journalistes. C’était au cours d’un atelier qui les a réunis à Wharf hôtel, à Grand-Bassam, autour du thème « La sécurité des journalistes, un enjeu de démocratie ».

Le président de L’intersyndicale du secteur des medias, Glodé Francelin, a relevé des cas de journalistes violentés dans l’exercice de leur fonction. « En 2010, trois journalistes ont été jetés en prison sous ordre d’un procureur de la république. En 2018, une reporter photographe a été brutalisée pour avoir fait une prise de vue des forces de l’ordre dans l’affaire “une policière giflée par un député” », a-t-il révélé.

Koné Moussa, le maire adjoint de Grand-Bassam, a exhorté les forces de l’ordre à protéger les journalistes dans l’exercice de leur fonction. « Ce sont des hommes qui façonnent les mentalités, informent, éduquent, distraient », a-t-il affirmé.

Ce cadre de discussion a pour objectif de promouvoir la liberté d’expression, d’encourager la diversité des medias, de permettre les échanges entre les différentes parties. Cela, dans le but de créer l’observatoire de la sécurité des journalistes.

C’est l’intersyndicale du secteur des medias et la Commission nationale ivoirienne pour L’UNESCO qui organisent conjointement cet atelier dénommé « dialogue direct ». Qui prend fin ce samedi.

 

                                                                                           Cédric Barnet

                                                                                                   (Stagiaire)

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart