Situation socio-politique: L’opposition annonce la phase active de la désobéissance civile

Vues: 261
Lecture: 2 minutes

« La CDRP appelle l’ensemble des militants des Partis et organisations politiques qui la composent et les Ivoiriens épris de liberté et de démocratie, à demeurer sereins et mobilisés pour la très imminente phase d’exécution concrète du mot d’ordre de désobéissance civile. « La désobéissance civile devient un devoir sacré, quand l’Etat devient hors-la-loi et corrompu » a dit le sage ». Ouattara Gnonzié, président du Rassemblement pour la paix (RPP), a, au nom de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP) demandé aux Ivoiriens de se tenir prêts pour la mise en œuvre effective du mot d’ordre de la désobéissance civile, dans les jours et les semaines à venir. Il a lancé cet appel ce mercredi, à un point de presse au siège du PDCI, sis, à Cocody.

Ouattara Gnonzié a dit sa foi dans la force du peuple ivoirien à surmonter cette épreuve. «  La CDRP est convaincu que le peuple de Côte d’Ivoire saura se dresser pour faire barrage à l’imposture et à la dictature du pouvoir de Dramane Ouattara. Les menaces et autres intimidations ne sauraient freiner la marche historique de notre pays pour l’avènement d’une Côte d’Ivoire réconciliée, rassemblée et réellement démocratique », a-t-il déclaré.

Le responsable de la CDRP a fustigé les récentes déclarations du Premier ministre à Bouaflé, lors de la visite d’Etat. « Lors du meeting de clôture à Bouaflé, le Premier ministre Hamed Bakayoko, prenant la parole, a tenu des propos d’une extrême gravité, indigne d’un Premier ministre et mal à propos », dira-t-il et de poursuivre « le Premier ministre du Président Ouattara à travers son discours belliqueux et d’une rare violence, tranche clairement avec les dispositions d’apaisement et de dialogue qu’il avait laissé entrevoir dès sa nomination. Le Premier ministre, plutôt que de se mettre dans la posture d’un homme d’Etat comme l’exige toute cérémonie officielle, s’est vautré dans un spectacle digne d’un militant zélé préoccupé à impressionner par ses diatribes et menaces, les faucons de son parti ».

Pour La CDRP, Hamed Bakayoko trahit les réelles intentions d’un régime désespéré et aux abois, paniqué à l’idée de la mise en œuvre imminente du mot d’ordre de désobéissance civile lancé par le Président Henri Konan Bédié et endossé par toute la classe politique significative de l’opposition et par toutes les forces vives de la nation.

 

                                              César Ebrokié

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart