Sophie Deconinck, directrice par intérim du Bureau pays du BIT à Abidjan se réjouit de l'initiative de lutte contre le travail des enfants

Statistiques sur le travail des enfants12 pays francophones africains se concertent à Abidjan

Vues: 72
Lecture: 2 minutes

Les statisticiens et spécialistes de la lutte contre le travail des enfants de 12 pays francophones de l’Afrique de l’ouest et du nord prennent part à un atelier de formation qui a débuté, ce lundi 27 janvier 2020, au Palm club, d’Abidjan-Cocody.

Cet atelier qui prend fin, le vendredi 31 janvier prochain, est axé sur les concepts et les définitions du travail des enfants, issus des législations nationales et internationales, et sur la traduction des concepts en définitions statistiques, en se référant plus particulièrement aux amendements récemment introduits par la Conférence internationale des statisticiens du travail.

 

Il est initié par le Bureau international du Travail (BIT) à travers son projet “Accélérer l’action pour l’élimination du travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement en Afrique” dénommé ACCEL Africa.

Lawin Gabriel Kotchikpa, chargé de recherche au bureau régional du projet Accel Africa a révélé que les pays africains ont élaboré des plans d’action nationaux pour éradiquer le phénomène du travail des enfants. Cependant, des informations statistiques appropriées nécessaires à la conception, la mise en œuvre et le suivi de ces politiques pour accélérer l’élimination du travail des enfants font encore défaut dans de nombreux pays africains.

Il estime qu’en plus des lacunes en matière des données, il existe aussi le manque d’harmonisation dans la production des statistiques du travail des enfants en raison des différences dans la définition des concepts et des méthodes de production des données.

Gabriel Kotchikpa espère que les pays de l’Union africaine à travers l’Agenda 2063 vont s’atteler à éliminer toutes les formes de travail des enfants sur le continent conformément à la cible 8.7 des Objectifs de développement durable (Odd) du programme 2030 des Nations unies.

Le point focal du Travail des enfants à la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci), Edouard Ladouyou, pour sa part, a non seulement loué l’initiative de l’atelier mais il a mis l’accent sur la nécessité des participants d’accorder leurs violons parce que ce sont les statistiques qui permettent de faire des projections et des prévisions.

Il a révélé que ce sont les filières du cacao et des mines qui sont beaucoup confrontées au travail des enfants en Côte d’Ivoire. “Le travail des enfants est complexe, c’est pourquoi, il faut accorder les violons sur les méthodes et les chiffres en vue de lutter efficacement contre le phénomène”, a-t-il dit.

Les entreprises pour apporter leur contribution dans la lutte contre le travail des enfants, selon lui, doivent mettre l’accent sur le formel.

La directrice intérimaire du bureau pays du BIT à Abidjan, Sophie Deconinck, elle ajouté que l’agriculture et l’informel sont les secteurs où le travail des enfants est accentué en Afrique.

 

Gomon Edmond

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart