N'Da Koffi, secrétaire général du SYNASEC est déterminé à organiser le congrès électif

Syndicalisme en Côte d’Ivoire/Rififi dans le secteur de l’énergie

Vues: 142
Lecture: 2 minutes

N’Da koffi Kouadio , secrétaire général du Syndicat national des agents du secteur de l’énergie électrique et du combustible (SYNASEC), a animé vendredi (hier) une conférence de presse à l’hôtel Concorde à Yamoussoukro, pour dénoncer ce qu’il a appelé les manigances de certains syndiqués en collaboration avec le direction générale de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE). Ce pour empêcher la tenue du 2ème congrès électif de son organisation, ce samedi 22 février 2020, à l’hôtel Fondi de Yamoussoukro.

N’Da Koffi a expliqué que ce congrès électif va se tenir selon le statut et règlement intérieur du SYNASEC. Il dit avoir accepté le premier report du congrès recommandé par la direction générale de la CIE compte tenu de la présentation des voeux du nouvel an au sein de l’entreprise, le 31 janvier dernier. Mais ce serait trop demander au syndicat, à l’en croire, de reporter le congrès de ce samedi. Le secrétaire général du SYNASEC accuse le commissaire aux compte et  Zranc Flan, Dao Joël et Koné Barthelemy d’être les auteurs de ces manigances sans pourtant avoir le statut d’empêcher la tenue du congrès.

Le comble, au dire du leader syndicaliste, c’est lorsque la directrice administrative et des ressources humaines de la CIE, Mme Marie Sio, envoie des mails aux syndiqués, hier, jeudi 20 février, à 18h32, pour annoncer l’annulation du congrès, sur instruction du secrétaire général, Dga, de la CIE, Sosthène Lago. L’annulation du congrès, selon elle, est le fait que des syndiqués affirment qu’il y a risques d’affrontements au congrès. “Donc pour éviter un bain de sang, il faut annuler le congrès”, argumente-t-elle.

N’Da Koffi avec le soutien de la FESACI (Ndlr: une centrale syndicale ivoirienne) a réaffirmé que le congrès aura bel et bien lieu. Surtout que le thème :”Quelles stratégies pour une paix durable en entreprise” est approuvé par la direction générale de la CIE. Cette direction, à l’entendre, avait refusé le premier thème: “Quelles stratégies pour une paix sociale durable face à la prolifération des syndicats”.

“Nous nous sommes toujours montrés solidaires de la CIE. Nous voulons tout mettre en oeuvre pour que la paix revienne dans le syndicat”, a-t-il rassuré. Pour le syndicaliste, il faut plutôt renforcer l’outil de travail des agents et opter pour l’emploi durable.

L’Union ouest africaine des syndicats de l’eau, mines et énergies est présente. Et bien d’autres syndicats soeurs du SYNASEC sont déjà à Yamoussoukro pour soutenir les Ivoiriens. N’Da Koffi est candidat à sa succession pour un second et dernier mandat à la tête du SYNASEC crée en 2015.

Gomon Edmond

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart