Un sommet sur la CIPD pour se réengager

Vues: 253
Lecture: < 1 minute

La conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) du Caire en Egypte en 1994 a 25 ans. Et c’est l’Afrique notamment le Kenya qui a accepté d’abriter cet anniversaire. Pour donner un avant goût de cet évènement important pour le développement du monde et du continent africain en particulier, l’UNFPA a convié plusieurs journalistes africains à Addis-Abeba en Ethiopie, où a eu lieu la célébration des 50 ans de cet organisme de l’ONU.

Durant deux jours, MM. Adébayo Fayoyin et Jacob Enoh Eben, respectivement responsable de la communication aux bureaux de l’UNFPA en Afrique du Sud et à Dakar, ont instruit les journalistes sur les enjeux de ce sommet.

Le sommet du Caire en 1994 a formulé selon nos deux communicateurs, un plan d’action reconnaissant les droits sexuels et génésiques, l’habilitation des femmes et l’égalité des genres comme étant des éléments cruciaux du développement durable. 25 ans après, est-ce que les promesses ont été tenues par les Etats ?

De fait, des états généraux de ce plan d’action seront faits par les organismes des Nations Unies, les gouvernements,  la société civile ainsi que des regroupements de plaidoyer. Et au vu des progrès et des insuffisances constatées, il sera demandé à tous les acteurs de s’engager pour « accélérer les promesses ». C’est le thème du sommet de Nairobi qui se déroulera du 12 au 14 novembre prochain.

 

Coulibaly Zié Oumar

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart