Université Alassane Ouattara de Bouaké : Réflexion sur l’africanisation du Droit

Vues: 806
Lecture: < 1 minute

Le Centre de recherche et d’étude sur le droit et les finances publiques (CREDFiP) de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké a procédé le 28 juin, au lancement de ses activités autour du thème : « L’Africanisation du Droit ».

Pendant deux jours, des universitaires africains vont réfléchir sur cette thématique à travers différentes communications.

Pour Pr Pélagie THÉOUA, directrice du CREDFiP, le thème choisi pour marquer le lancement des activités de son centre est révélateur. « Pour des juristes que nous sommes, parler de l’africanisation du droit est un élément essentiel.

La question est de savoir quel est le rôle du chercheur dans la production normative au niveau africain.

Etant des chercheurs africains, nous avons le devoir d’apporter notre pierre à l’édification de ce que nous appelons l’universel juridique et donc l’africanisation du droit pour que nous puissions nous introduire dans une logique de réflexion sur nous- mêmes pour voir un peu le bilan que l’on peut faire depuis la naissance de nos états nouveaux . »

Crée en décembre 2018, le Centre de recherche et d’étude sur le droit et les finances est un laboratoire de recherche de l’UFR des Sciences Juridiques, Administrative et de Gestion de l’Université Alassane Ouattara.

 

Adama kouakou,

Correspondant de Bouaké

 

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart