Veritas: La guerre du Nord a déjà démarré

Vues: 296
Lecture: 2 minutes
Par Didier Dépry
didierdepri@yahoo.fr

« Elle n’aura pas lieu » soutiennent à tort certains analystes proches du Rhdp, coalition au pouvoir, parlant de « la guerre du Nord ».

Comme pour paraphraser, sans doute, le titre de l’œuvre dramaturgique à succès «la guerre de Troie n’aura
pas lieu»
de l’écrivain français Jean Guiraudoux. En vérité, la guerre de Troie a bel et bien eu
lieu et l’ouvrage en décrit les motivations fratricides et les péripéties. S’agissant de « la guerre
du Nord »
de la Côte d’Ivoire, pour la conquête politique de la partie septentrionale de notre
pays dans la perspective de l’élection présidentielle de 2020, elle n’est pas envisagée pour le futur.

Elle a déjà démarré et ses acteurs qui ont affûté leurs armes, sont à l’étape des
prémices, des petites batailles de tranchées.
Avec l’arrivée dans l’arène du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, qui effectuera,
sauf changement de dernière minute, une visite officielle dans la région du Hambol
à la fin du Ramadan, la guerre entrera dans sa phase la plus active. Guillaume
Soro, l’ancien poulain devenu le nouvel opposant politique d’Alassane Ouattara
qui broute sur les mêmes terres que son ex-mentor, a posé ses valises politiques
dans le Nord. Dévoilant ainsi ses intentions du reste non camouflées d’en découdre
avec Alassane Ouattara dans le bastion électoral de celui-ci. Soro veut donc dé-
boulonner Ouattara dans le Nord. Y parviendra-t-il ? On le saura au soir de l’élection présidentielle d’octobre 2020. Un scrutin auquel l’ancien président de l’Assemblée nationale est déterminé à prendre
part même s’il s’agit d’affronter Alassane Ouattara.
Pour ses proches, le vin est tiré, il faut le boire. Comité politique, partis politiques
satellites, mouvements de soutien, mise en place d’un projet de société et d’un programme de gouvernement, actions sociales … Guillaume Soro et son équipe s’activent à affronter Ouattara, lui-même, ou le candidat que le Rhdp aura choisi pour la présidentielle de 2020.
Le contrôle politique du Nord constitue un enjeu fondamental pour Ouattara et Soro. L’un et l’autre sont devenus au fil des vingt dernières années, les leaders de la région. En termes d’assise historique,
Alassane Ouattara vient en tête. Perçu par les ressortissants du Nord comme
l’autre Sékou Sanogo (du nom de cet homme politique, adversaire d’Houphouët de l’époque et mort prématurément), Alassane Ouattara a fait de son ambition de briguer la magistrature suprême, un combat communautaire avec une forte dimension mélodramique. Guillaume Soro est le sofa qui a porté le sabre pour le «bonheur», dit-on, du Nord. Le combat ayant été gagné et les dividendes glanées, au double plan économique et social pour les deux camps, place est maintenant
faite à la pérennisation de l’autorité sur la région. Il n’y a jamais deux capitaines
dans un bateau, dit l’adage. Dans la perspective de la nouvelle ère qui s’ouvrira pour la Côte d’Ivoire en 2020, cette vérité sonne comme un leitmotiv pour le camp Ouattara, décidé à freiner les ardeurs du
camp Soro sur le Nord.

Partager
commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

0

Your Cart